Chargement du Module EBP ! Préparez votre plus beau carnet pour prendre des notes 📘

La capsulite rétractile - Diagnostic & bilan

Module EBP
Mis à jour le
4/7/2023
Fullphysio
ATTENTION !

Nous mettons toutes nos forces et tout notre coeur dans la production des Ressources disponibles sur Fullphysio pour vous aider au mieux dans votre pratique clinique.

Il est donc important que les Ressources ne soient pas diffusées hors de la plateforme. Nous vous remercions pour votre compréhension et pour votre soutien au quotidien.

Veuillez noter que l'extraction, la copie ou l'utilisation de Ressources provenant de Fullphysio est strictement interdite. Toute violation de cette règle pourra entraîner des poursuites judiciaires.
Nous vous recommandons d'utiliser un ordinateur pour parcourir les Modules EBP

2 - Diagnostic - Bilan clinique

a - Objectif de l'examen clinique

Lors de l’examen clinique, le thérapeute aura pour objectif de déterminer (Lewis, 2015) :

  • Si la douleur n’est pas référée ou en relation avec d’autres causes (cervicales, thoraciques, vasculaires, neurologiques)
  • S’il n’y a pas d’instabilité
  • S’il ne s’agit pas d’une épaule raide (ce qui inclut la capsulite rétractile)
  • Si la douleur provient des tissus mous
  • Ou bien une combinaison de tout cela

Le thérapeute devra également exclure les pathologies graves, considérer les mécanismes de production de la douleur tout en intégrant le modèle biopsychosocial.

Le diagnostic de douleur à l'épaule et de déficit de mobilité associés à une capsulite rétractile primaire ou secondaire est déterminé à partir de l'anamnèse et de l'examen physique (Kelley et al., 2013). Il est important de noter toutefois qu’actuellement il n’existe aucun gold standard permettant le diagnostic d’une capsulite rétractile en phase précoce (Walmsley et al., 2014).

b - Anamnèse

Quels sont les éléments lors de l’anamnèse qui nous feront suspecter une capsulite rétractile ?

  • Généralement, ce sont des femmes de 40 à 65 ans (Kelley et al., 2013).
  • Le patient ne parvient pas toujours à expliquer le début. Dans le cas de la capsulite primaire, il n’indique pas avoir subi de traumatisme et les radiographies présentes vont dans le même sens (Srour & Nourissat, 2021).
  • La douleur peut être mal localisée et décrite comme une douleur profonde, ou se présente parfois comme une douleur référée à l'insertion distale du deltoïde, irradiant vers la zone du biceps (Ramirez, 2019). Selon une étude récente, il semble que la zone la plus fréquemment douloureuse dans les capsulites soit la zone antérolatérale de l’épaule (Balasch-Bernat et al., 2021)  
  • Cette douleur est augmentée de façon notable lors des mouvements rapides et non préparés. De plus, elle est croissante et devient progressivement nocturne surtout au début des symptômes. Cette douleur nocturne empêche le patient de dormir sur l’épaule, perturbant ainsi le sommeil (Date & Rahman, 2020; Kelley et al., 2013). À noter que cette perturbation du sommeil pourrait entrainer un état psychologique défavorable à une bonne récupération (Mulligan et al., 2015).
  • Le patient décrit des restrictions aux mouvements d’élévation antérieure, latérale, et main dans le dos (Srour & Nourissat, 2021).
  • L’atteinte se présente souvent unilatéralement et touche le membre non dominant bien que l’épaule dominante soit affectée dans 30 % des cas (Fields et al., 2019). À noter toutefois que dans 40 à 50% des cas l’atteinte existe bilatéralement, mais comme nous l'avons évoqué plus haut, rarement de manière simultanée (Manske & Prohaska, 2010).

Les symptômes tels que la fièvre, les sueurs nocturnes, les malaises ou une perte de poids inexpliquée constituent des drapeaux rouges et doivent inciter le thérapeute à envisager un autre diagnostic.

c - Évaluation clinique

Dès le début de l’examen clinique, il est possible de suspecter une capsulite lorsque le patient se dévêtit. En effet, on peut observer des cicatrices indiquant un traumatisme et/ou une chirurgie (capsulite secondaire d’origine intrinsèque/extrinsèque) ou lorsque le patient présente une atrophie marquée de l’épaule pouvant être signe d’une diminution de la mobilité active (Sumarwoto et al., 2021). On peut déjà tout simplement observer les déficits d’amplitudes lorsque le patient ne parvient pas à effectuer les mouvements nécessaires pour se dévêtir.

1 - Mobilité

L’évaluation des amplitudes est cruciale dans l’examen des capsulites (Sumarwoto et al., 2021). En effet, cette entité peut être suspectée lorsqu’un déficit global des amplitudes des mouvements existe (Kelley et al., 2013). Selon le patient, le déficit perdure depuis au moins 1 mois et il pourrait atteindre une phase de plateau ou aurait tendance à s’aggraver (Binder et al., 1984; Kelley et al., 2013; Robinson et al., 2012).

Concrètement, toutes les amplitudes (flexion, extension, rotations, abduction, adduction, etc…) devraient être évaluées en actif et en passif. Afin d’évaluer la mobilité active, il peut être demandé au patient de réaliser une élévation active de manière bilatérale, de porter ses deux mains derrière la nuque, de placer ses mains dans le dos voire même d’approcher le plus possible la main de l’épaule opposée (Srour & Nourissat, 2021). Il est à noter que ces amplitudes fonctionnelles seraient généralement plus diminuées en raison de la douleur et / ou de la raideur (Kelley et al., 2013).

Concernant la mobilité passive, le thérapeute peut utiliser un goniomètre ou un inclinomètre (De Baets, Matheve, Dierickx, et al., 2020). Certains auteurs considèrent qu’il est plus adapté d’évaluer la rotation interne, externe, l’abduction et l’élévation en décubitus dorsal compte tenu du biais que peuvent apporter les mouvements de la scapulo-thoracique (Sumarwoto et al., 2021) bien que d’autres auteurs proposent une évaluation assis sur un tabouret avec le thérapeute fixant la scapula au thorax et réalisant doucement (pour éviter les contractions musculaires involontaires) les différents mouvements de l’articulation gléno-humérale. À noter que le mouvement peut être effectué jusqu’à ce que la douleur arrête le mouvement ou jusqu’à ce que l’amplitude maximale soit atteinte.

Ainsi, pour Codman, une capsulite pourrait être suspectée lorsque un patient présente une diminution de la rotation externe avec une radiographie normale (Marc et al., 2016). Cependant, les nouvelles études montrent qu’une perte d’amplitude supérieure à 25% dans au moins 2 plans et une perte de rotation externe passive supérieure à 50% par rapport à l’épaule controlatérale ou une RE passive inférieure à 30 ° (coude au corps) ont été utilisées pour définir la capsulite rétractile (Kelley et al., 2013). Il est à noter que lorsque les douleurs sont récentes et que les amplitudes ne sont pas trop limitées, la restriction de rotation latérale coude au corps (ou en position RE1) supérieure à 50% en référence au côté sain représente un signe propre à la capsulite (D’Orsi et al., 2012; Lewis, 2015; Mitsch et al., 2004) qui serait d’ailleurs le plus reconnu par les praticiens (Hanchard et al., 2011). De même, une diminution de la rotation latérale peut être observée lorsque l’abduction du bras augmente (Srour & Nourissat, 2021).

Il est à noter que selon certains auteurs (Donatelli et al., 2014), la rotation externe devrait être testée avec différents degrés d’abduction. En effet, si la rotation externe est plus limitée à 45°, cela pourrait être corrélé à une restriction principalement liée au muscle subscapulaire ou au ligament gléno-huméral tandis qu’à 90°, la limitation proviendrait principalement de la capsule antérieure ainsi que du complexe capsulo-ligamentaire inférieur.

Finalement, il semble intéressant de noter que toutes les fins d’amplitudes sont douloureuses contrairement à d’autres pathologies (Srour & Nourissat, 2021).

À noter que le modèle capsulaire décrit par Cyriax en 1970 stipulant que la perte de mouvement de rotation externe est proportionnelle à la perte d'abduction, qui est plus limitée que la rotation interne, n'est pas systématiquement retrouvé (Kelley et al., 2013).

Finalement, l’évaluation de la posture du patient dans le plan sagittal peut être réalisé puisque si cette posture n’est pas impliquée directement dans le développement de la capsulite, elle pourrait être impliquée dans la perte d’amplitude lorsque le patient présente une attitude cyphotique (Donatelli et al., 2014).

2 - Tests spécifiques

S’il ne s’agit pas d’un test spécifique, il est à noter qu’à la palpation, une sensibilité est fréquemment retrouvée au niveau de l’insertion du deltoïde (Sumarwoto et al., 2021).

Concernant les tests spécifiques, plusieurs tests ont pu être décrits afin d’identifier une capsulite :

  • Le Shrug test : Patient assis, on demande à ce dernier de réaliser une double flexion des coudes à 90°. Ensuite, il réalise une abduction bilatérale des épaules jusqu’à 90° tout en gardant les coudes fléchis. Le test est considèré comme positif si le patient réalise une élévation de l’épaule (un shrug) afin d’atteindre les 90° d’abduction. Ce test aurait une sensibilité́ de 95% et une spécificité́ de 50%  (Jia et al., 2008)
  • Le test palpatoire (ou signe du processus coracoïde) : Patient assis, le thérapeute réalise une palpation de l’acromio claviculaire, de la région antérolatérale de l’acromion et du processus coracoïde. Dans le cas d’une douleur, le thérapeute retient la douleur enregistrée par le patient sur chaque point de palpation. Le test est considéré́ comme positif lorsque la douleur ressentie au niveau du processus coracoïde est supérieure de 3 points aux douleurs ressenties sur l’acromio claviculaire et la face antérolatérale de l’acromion (Carbone et al., 2010). Ce test aurait selon ces mêmes auteurs une sensibilité́ de 96% avec une spécificité́ de 87% ce qui en ferait selon eux un signe pathognomique (Carbone et al., 2010) même s’il serait important que d’autres études confirment ces propriétés clinimétriques.

Résumé du diagnostic de la capsulite rétractile

d - Examens complémentaires :

Les résultats des tests de laboratoires sont généralement normaux mais peuvent être utiles pour identifier les conditions sous-jacentes, comme le diabète ou une maladie thyroïdienne (Date & Rahman, 2020)

Les radiographies simples de l'épaule sont généralement normales, mais peuvent aider à diagnostiquer ou à exclure d'autres conditions, telles que la tendinopathie calcifiante de la coiffe des rotateurs, l'arthrite gléno-humérale, l'arthrite acromio-claviculaire, l’ostéoporose ou même une luxation de l'épaule (Gordon et al., 2016, p. 201; Sumarwoto et al., 2021). Elle permet également de mesurer l’ascension de la tête humérale en faveur d’une rupture de coiffe comme cause alternative de la douleur de l'épaule du patient (Buchard et al., 2017; Fields et al., 2019).

Concernant l’imagerie par résonance magnétique, cette dernière pourrait être proposée aux patients présentant peu de symptômes cliniques qui pourraient avoir été mal diagnostiqués (bursite, coiffe des rotateurs, etc…) (Sumarwoto et al., 2021). À l’IRM, la capsulite ne se caractériserait que par un aspect œdémateux de l’articulation ainsi que par l’épaississement du récessus axillaire (Gokalp et al., 2011; Zhao et al., 2012). À noter qu’il n’y aurait pas de consensus quant à l’usage de l’IRM (Harris et al., 2013).

L’échographie pourrait quant à elle présenter de nombreux bénéfices (Sumarwoto et al., 2021). En effet, en plus de ces avantages habituels (faible cout, rapide à réaliser, etc…) elle permettrait au médecin de comparer les résultats de l’échographie aux résultats cliniques. Par exemple, une augmentation de l’afflux sanguin et une diminution de l’espace de l’intervalle des rotateurs sont des signes courants lors de l’évaluation d’une capsulite (Sumarwoto et al., 2021). De même, un épaississement du ligament coraco huméral, caractéristique de la capsulite peut être rencontré.

Pour finir certains signes peuvent être associés à une phase d’évolution de la capsulite. Par exemple, l’existence d’une zone hypoéchoique au niveau de l’intervalle des rotateurs couplé avec l’augmentation de la vascularisation pourrait être associé à un diagnostic précoce de capsulite (Harris et al., 2013; Walmsley et al., 2013). Un second exemple est celui avancé précédemment ou Fields et ses collaborateurs ont pu montrer une corrélation entre les observations échographiques et les différentes phases de la capsulite (Fields et al., 2019).

e - Diagnostic différentiel :

Après avoir abordé l’examen clinique de la capsulite « pure », il est important de remarquer qu’une épaule douloureuse avec une amplitude réduite est un phénomène fréquent et pas spécifique à la capsulite. Ainsi, il est essentiel de pouvoir éliminer les autres pathologies via l’examen clinique et les examens complémentaires (Sumarwoto et al., 2021).

Dans la recherche d’autres pathologies, une douleur au niveau de l’avant-bras et/ou de la main pourrait faire penser à d’autres pathologies pouvant être d’origine cervicale tandis qu’une amélioration de la rotation externe lors de l’abduction du bras élimine les probabilités qu’il s’agisse d’une capsulite (Srour & Nourissat, 2021). De même, l’apparition de douleur lors de la réalisation d’activités dites en « overhead » ne serait pas lié à une capsulite rétractile (Sumarwoto et al., 2021).

Afin de poursuivre la démarche, il est possible de s’appuyer sur les dernières synthèses proposées par Srour et Nourissat (Srour & Nourissat, 2021). Selon ces derniers, il est important d’exclure dans un premier temps les red flags. À ce sujet, Mitchells et ses collaborateurs (Mitchell et al., 2005) ont pu lister quelques drapeaux rouge en lien avec l’épaule :

  • Tumeur : antécédent de cancer, symptômes de cancer (perte de poids, douleur non liée à un stress mécanique, asthénie).
  • Infection : rougeur de la peau, fièvre.
  • Fracture : traumatisme important, douleur aiguë invalidante, perte de mobilité, difformité ou perte du contour classique de l’os.
  • Lésion neurologique : déficit moteur et/ou sensoriel inexpliqué.
  • Pathologie viscérale : douleur non reproduite par la mise en charge de l’épaule, douleur et/ou symptômes accentués par l’exercice et/ou la respiration, douleur associée à des symptômes gastro-intestinaux.

Ainsi, selon McClure et Michener (McClure & Michener, 2015), il est possible d’établir quelques caractéristiques fréquemment rencontrées en fonction des pathologies qui permettront de mettre la puce à l’oreille du thérapeute :

  • Syndrome sous acromial : il se caractérise par un arc douloureux, une faiblesse musculaire (voire une atrophie), une douleur lors de la contraction isométrique et des tests d’impingement (Neer, Hawkins, Jobe’s) généralement positifs. À l’inverse, on ne retrouve généralement pas de signe d’instabilité ou une perte significative d’amplitude.
  • Instabilité : âge inférieur à 40 ans, histoire de luxation ou subluxation, tests d’appréhension et de réduction positifs, laxité généralisée. À l’inverse, en l’absence d’histoire de luxation et l’absence de positivité aux tests d’appréhension, une instabilité peut être écartée.
  • Capsulite : elle se caractérise comme dit précédemment par une douleur progressive, une perte d’amplitudes dans différents plans et notamment en rotation externe coude au corps ainsi que par de la douleur en fin d’amplitude. À l’inverse, l’absence de réduction des amplitudes ainsi qu’un âge inférieur à 40 ans diminue le risque d’être confronté à une capsulite.
  • Autres pathologies possibles : douleur post-opératoire, arthrite et/ou arthrose glénohumérale, fractures ou lésions de l’articulation acromio-claviculaire, syndrome neurogène périphérique ou douleurs myofasciales.

En revenant sur la démarche proposée par Srour & Nourissat, l’implication du rachis cervical ou de l’articulation acromio-claviculaire devrait être évaluée. Puis, une capsulite pourra être soupçonnée si l’on retrouve une diminution des mobilités et particulièrement en rotation externe coude au corps, si la douleur est présente dans toutes les fins d’amplitudes et si le test du processus coracoïde est positif.

f - Évaluation de suivi

Une fois la capsulite rétractile diagnostiquée, il sera important de détecter les différents facteurs de risques pouvant influencer négativement l’évolution du patient lors de sa rééducation :

  • Les drapeaux jaunes (facteurs de risque individuels, psychologiques, cognitifs, comportementaux),
  • Les drapeaux bleus (facteurs de risque liés à l’activité professionnelle et à sa perception sur la santé)
  • Les drapeaux noirs (facteurs de risque liés au contexte et aux obstacles (législatif, assurance…).

--> Plus le patient présente des drapeaux jaunes, bleus, noirs, plus l’évolution risque d’être difficile.

Rappelons tout de même que les drapeaux rouges et les drapeaux oranges constituent des critères d’exclusion.


Pour évaluer ces éléments, le thérapeute peut utiliser toute une série de questions clés :

  • Qu’est-ce qui selon vous a causé le problème ?
  • Que pensez-vous qu’il va vous arriver maintenant ?
  • Comment faites-vous face à votre problème ?
  • Quand pensez-vous reprendre le travail ?
  • Qu’est-ce qui pourrait être fait au travail pour améliorer la situation ?

Une fois ces drapeaux investigués, différents éléments de suivi sont importants à prendre en compte pour guider la rééducation et évaluer les effets des interventions thérapeutiques. Les lignes directrices cliniques recommandent l'utilisation de mesures objectives des déficits physiques combinées avec des scores d’auto-évaluation fonctionnels validés (Kelley et al., 2013) :

  • Les mesures de l’amplitude active et passive sont donc généralement combinées avec les résultats de la raideur de l’épaule perçue par le patient, l’intensité de la douleur et de la fonction de l’épaule  auto-déclarée (De Baets, Matheve, Dierickx, et al., 2020) : il peut être intéressant de connaître la perception du patient concernant la raideur de son épaule lors du mouvement (De Baets, Matheve, Dierickx, et al., 2020).
  • Le thérapeute peut utiliser une échelle de notation numérique à 11 points avec 0 = aucune sensation de raideur d'épaule et 10 = sensation de raideur d'épaule la plus élevée imaginable. Il peut être intéressant de demander au patient de noter sa perception de raideur de l’épaule moyenne au cours de la dernière semaine.
  • L’intensité de la douleur sera également un point essentiel du suivi du patient tout au long de la rééducation. Le thérapeute pourra utiliser l’échelle visuelle analogique (EVA) pour connaître l’intensité de la douleur moyenne du patient liée à l’épaule au cours de la dernière semaine, au repos, la nuit et lors d'activités de la vie quotidienne (De Baets, Matheve, Dierickx, et al., 2020).

Concernant les scores fonctionnels, les dernières recommandations (Kelley et al., 2013) indiquent avec un fort niveau de preuves, que les cliniciens devraient utiliser des scores validés tels que :  

  • Le DASH : questionnaire subjectif composé de 30 questions, le score va de 0 à 100 où 0 indique l'absence de douleurs et de difficultés. Disponible en français, le score clinique minimal et significatif serait compris entre 6 et 12 points (10 en moyennes). Conseillé par la HAS, il évalue la qualité de vie. On notera qu'il existe une version raccourcie, le quick DASH, qui présenterait des valeurs significatives et pourrait être plus utile dans la pratique quotidienne (Cordesse, 2014; Kelley et al., 2013) (6,7,15).
  • Le SPADI : ce score est composé de 13 items. Il s’agit d’un auto-questionnaire contenant deux domaines : 5 questions sur la douleur et 8 questions sur les incapacités liées. Le score total est de 100 et ce dernier est proportionnel à la douleur et aux difficultés rencontrées par le patient. La différence clinique minimale pour être significative est de 8 à 13 points selon les références (Breckenridge & McAuley, 2011; Kelley et al., 2013).
  • L’ASES : Encore une fois, il s’agit d’une auto-évaluation du patient allant de 0 à 100. Cette fois ci, le score est proportionnel à la fonctionnalité́ de l’épaule. 50 points sont attribués à la douleur et 50 points à la fonctionnalité́. La différence clinique minimale et significative serait de 9 points (Kelley et al., 2013).

L’utilisation de ces scores permet, s’ils sont réalisés avant et après les séances de kinésithérapie, de suivre l’évolution des limitations fonctionnelles du patient. Également les thérapeutes pourraient utiliser des scores permettant de compléter l’évaluation « psychologique » du patient et d’identifier éventuellement d’autres drapeaux jaunes. En effet, comme abordé précédemment, certains facteurs pourraient influencer négativement la douleur et le handicap perçus (De Baets, Matheve, Traxler, et al., 2020). C’est le cas par exemple :

  • Du catastrophisme qui pourrait être évalué par le score PCS (Pain Catasrophizing Scale)
  • De la kinésiophobie qui pourrait être évaluée par le score TSK (Tampa Scale of Kinesiophobia) (Tkachuk & Harris, 2012; Wheeler et al., 2019).

Une revue systématique de 2018 soulignait que des niveaux plus élevés de catastrophisme et de kinésiophobie sont associés de manière significative à une plus grande intensité de la douleur et du handicap chez les patients souffrant de l'épaule (Martinez-Calderon et al., 2018).
Une revue systématique de 2022 a également rapporté que les scores traditionnellement considérés comme évaluant les dimensions physiques telles que la douleur à l'épaule, l'incapacité et la fonction semblent être influencés par des variables psychologiques. Chez les patients souffrant de capsulite rétractile, la dépression et l'anxiété ont été associées à une perception accrue de la douleur et à une diminution de la fonction et de la qualité de vie au départ.
En outre, la peur et le catastrophisme liés à la douleur semblent être associés à la perception de la fonction du bras ((Brindisino et al. 2022).

De manière générale, le tableau suivant reprend les différents questionnaires pouvant être utilisés dans l’évaluation de l’épaule de votre patient avec pour chaque questionnaire les facteurs mesurés.

g- Notion d'irritabilité :

Toute l’anamnèse, le bilan clinique et les scores vont permettre ensuite de définir le niveau d’irritabilité du patient afin d’orienter et de guider le traitement tout au long de la rééducation (Kelley et al., 2013; Vaillant, 2013).

Notion introduite dès les années 2000 par Maitland et d’autres thérapeutes (Kareha et al., 2021), elle désigne la capacité des tissus à tolérer le stress physique, (Mueller & Maluf, 2002) et s’appuie notamment sur l’absence de corrélation entre le diagnostic patho-anatomique et les symptômes, handicaps et limitations perçus par le patient (Kareha et al., 2021). De plus, l’irritabilité serait vraisemblablement liée à l'état physique et à l'étendue de l'activité inflammatoire présente (Kelley et al., 2013).

Afin d’optimiser l’utilisation de cette notion d’irritabilité, le « Staged Algorithm for Rehabilitation: Shoulder Disorders » aussi appelé « STAR-Shoulder » a pu être développé dans les années 2015 (McClure & Michener, 2015). Ce dernier repose sur le principe qu’un diagnostic kinésithérapique doit être basé sur la notion d’irritabilité du tissu ainsi que sur les déficiences physiques afin de compléter la classification patho anatomique. De plus, le sujet est dans la continuité avec les dernières guidelines réalisées sur le sujet (Kelley et al., 2013).

À l’usage, ce « Star-Shoulder » se caractérise par la classification des patients en trois niveaux d’irritabilité : l’irritabilité élevée, l’irritabilité moyenne et l’irritabilité basse qui répondent à des « critères précis » et qui devront être pris en charge de manière différenciée (McClure & Michener, 2015).

Ainsi, lors de chaque début de séance, le thérapeute peut poser certaines questions clés permettant de déterminer le grade d'irritabilité dans lequel se trouve le patient :

  • Quel est le niveau de douleur ? (EVA)
  • Comment est la douleur au repos et la nuit ?
  • Quelles sont les répercussions fonctionnelles
  • Est-ce que la douleur apparaît avant la fin du mouvement ou pas ?

Grâce à ces questions, le thérapeute pourra définir à quel type d’irritabilité il est confronté :

  • Le patient présentant une irritabilité élevée, est plus susceptible de rapporter une douleur constante la nuit ou au repos. Le handicap sera élevé avec des gestes rapidement limités comme lors de l’élévation du bras qui sera souvent incomplète. De même, les amplitudes de mouvements seront fréquemment plus limitées en actif qu’en passif.
  • Le patient présentant une irritabilité modérée présente quant à lui une douleur souvent intermittente : parfois il arrive à dormir sur son épaule, parfois ça le réveille :  il n’est pas constamment ennuyé par la douleur. Si la douleur le limite, il arrive globalement à effectuer le mouvement dans son entièreté.
  • Le patient dans une phase d’irritabilité faible présente généralement une douleur très faible voire absente. Il est possible d’aller plus loin dans le mouvement voire même de rajouter une légère surpression en fin d’amplitude.

La question de l’irritabilité du patient est quelque chose qui est utilisé pour la capsulite mais aussi pour d’autres pathologies de l’épaule et du corps (Kareha et al., 2021). Il est donc important d’évaluer séance après séance le niveau d'irritabilité du patient pour adapter le traitement (Kelley et al., 2013).

Concernant la clinimétrie de cette classification, des études ont pu montrer qu’elle possèderait une bonne fiabilité inter-opérateur bien que de futures études soient nécessaires à sa validation définitive (Kareha et al., 2021)

Dans la continuité de cette notion d’irritabilité, il sera important de déterminer à quel moment un patient passe d’une phase d’irritabilité à l’autre ? Afin de répondre à cette question, il est possible de déterminer certains éléments sur lesquels se baser. Ceci est d’autant plus important que ce changement dans le niveau d’irritabilité déterminera les adaptations à réaliser dans le traitement.

Parmi les éléments démontrant une diminution de l’irritabilité, on retrouve :

  • Une amélioration du sommeil et de la douleur la nuit. C’est le cas par exemple d’un patient, anciennement en phase de haute irritabilité, témoignant qu’il arrive depuis peu à dormir petit à petit sur son épaule.
  • Un changement de sensation dans la limitation du mouvement. C’est le cas par exemple d’un patient qui, anciennement en phase de haute irritabilité, ressentait une douleur aigue, une sensation de brulure et de lourdeur de l’épaule lorsqu’il bougeait l’épaule alors qu’il ressent depuis une diminution de ces symptômes et que le blocage se fait ressentir sans trop de douleur.

Il est à noter que bien souvent, après la première séance de kinésithérapie, les patients ressentent une amélioration tandis que durant les séances suivantes, ils peuvent avoir l’impression que ça n’évolue plus. Cela est lié à une évolution présentant des phases de plateau, avec des améliorations par paliers (Binder et al., 1984). Il faut bien évidemment les prévenir qu’il est normal que cela prenne du temps.
Finalement, il peut être important de garder en tête que la sensibilisation centrale (SC), définie comme une "amplification de la signalisation neuronale au sein du système nerveux central (SNC) provoquant une hypersensibilité à la douleur" (Woolf, 2011), peut jouer un rôle dans l'apparition de la douleur chez le patient souffrant d’une capsulite rétractile. D’ailleurs, le modèle d’irritabilité pourrait ne pas être adapté aux patients présentant une sensibilisation centrale (McClure & Michener, 2015).

Le thérapeute soupçonnant une douleur d’origine centrale adaptera son traitement pour réduire l’irritabilité du patient et la peur du mouvement (Sawyer et al., 2018). L’éducation aux neurosciences de la douleur peut être une approche intéressante chez ces patients. Le thérapeute peut par exemple inviter le patient à consulter le site “retrain pain” qui permet d’expliquer de manière simplifiée les différents mécanismes de la douleur.

Bibliographie

Abd Elhamed, H. B., Koura, G. M., Hamada, H. A., Mohamed, Y. E., & Abbas, R. (2018). Effect of strengthening lower trapezius muscle on scapular tipping in patients with diabetic frozen shoulder: A randomized controlled study. Biomedical Research, 29(3). https://doi.org/10.4066/biomedicalresearch.29-17-2367

Abrassart, S., Kolo, F., Piotton, S., Chih-Hao Chiu, J., Stirling, P., Hoffmeyer, P., & Lädermann, A. (2020). ‘Frozen shoulder’ is ill-defined. How can it be described better? EFORT Open Reviews, 5(5), 273–279. https://doi.org/10.1302/2058-5241.5.190032

Ahn, J. H., Lee, D.-H., Kang, H., Lee, M. Y., Kang, D. R., & Yoon, S.-H. (2018). Early Intra-articular Corticosteroid Injection Improves Pain and Function in Adhesive Capsulitis of the Shoulder: 1-Year Retrospective Longitudinal Study. PM & R: The Journal of Injury, Function, and Rehabilitation, 10(1), 19–27. https://doi.org/10.1016/j.pmrj.2017.06.004

Aïm, F., Chevallier, R., Marion, B., Klouche, S., Bastard, C., & Bauer, T. (2022). Facteurs de risques psychologiques de survenue d’une épaule gelée après réparation de la coiffe. Revue de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, S1877051722000193. https://doi.org/10.1016/j.rcot.2022.01.014

Akbar, M., McLean, M., Garcia-Melchor, E., Crowe, L. A., McMillan, P., Fazzi, U. G., Martin, D., Arthur, A., Reilly, J. H., McInnes, I. B., & Millar, N. L. (2019). Fibroblast activation and inflammation in frozen shoulder. PLOS ONE, 14(4), e0215301. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0215301

Akbaş, E., Güneri̇, S., Taş, S., Erdem, E. U., & Yüksel, İ. (2015). The effects of additional proprioceptive neuromuscular facilitation over conventional therapy in patients with adhesive capsulitis. Türk Fizyoterapi ve Rehabilitasyon Dergisi/Turkish Journal of Physiotherapy and Rehabilitation, 26(2), 12. https://doi.org/10.7603/s40680-015-0012-6

Akhtar, A., Richards, J., & Monga, P. (2021). The biomechanics of the rotator cuff in health and disease – A narrative review. Journal of Clinical Orthopaedics and Trauma, 18, 150–156. https://doi.org/10.1016/j.jcot.2021.04.019

Andersson, G., Backman, L. J., Scott, A., Lorentzon, R., Forsgren, S., & Danielson, P. (2011). Substance P accelerates hypercellularity and angiogenesis in tendon tissue and enhances paratendinitis in response to Achilles tendon overuse in a tendinopathy model. British Journal of Sports Medicine, 45(13), 1017–1022. https://doi.org/10.1136/bjsm.2010.082750

Andrés Rossi, L., & Ranalletta, M. (2019). Current Concepts in the Treatment of adhesive capsulitis of the Shoulder. International Journal of Medical Science and Clinical Invention, 6(03), 4354–4357. https://doi.org/10.18535/ijmsci/v6i3.01

Arjun, M. V., & Rajaseker, S. (2021). Association between subscapularis trigger point and frozen shoulder: A cross sectional study. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 28, 406–410. https://doi.org/10.1016/j.jbmt.2021.06.025

Arlotta, M., LoVasco, G., & McLean, L. (2011). Selective recruitment of the lower fibers of the trapezius muscle. Journal of Electromyography and Kinesiology, 21(3), 403–410. https://doi.org/10.1016/j.jelekin.2010.11.006

Backman, L. J., Andersson, G., Wennstig, G., Forsgren, S., & Danielson, P. (2011). Endogenous substance P production in the Achilles tendon increases with loading in an in vivo model of tendinopathy-peptidergic elevation preceding tendinosis-like tissue changes. Journal of Musculoskeletal & Neuronal Interactions, 11(2), 133–140.

Bain, G. I., Itoi, E., Di Giacomo, G., Sugaya, H., & Springer-Verlag GmbH. (2017). Normal and Pathological Anatomy of the Shoulder.

Balasch-Bernat, M., Dueñas, L., Aguilar-Rodríguez, M., Falla, D., Schneebeli, A., Navarro-Bosch, M., Lluch, E., & Barbero, M. (2021). The Spatial Extent of Pain Is Associated with Pain Intensity, Catastrophizing and Some Measures of Central Sensitization in People with Frozen Shoulder. Journal of Clinical Medicine, 11(1), 154. https://doi.org/10.3390/jcm11010154

Balcı, N. C., Yuruk, Z. O., Zeybek, A., Gulsen, M., & Tekindal, M. A. (2016). Acute effect of scapular proprioceptive neuromuscular facilitation (PNF) techniques and classic exercises in adhesive capsulitis: A randomized controlled trial. Journal of Physical Therapy Science, 28(4), 1219–1227. https://doi.org/10.1589/jpts.28.1219

Başkaya, M. Ç., Erçalık, C., Karataş Kır, Ö., Erçalık, T., & Tuncer, T. (2018). The efficacy of mirror therapy in patients with adhesive capsulitis: A randomized, prospective, controlled study. Journal of Back and Musculoskeletal Rehabilitation, 31(6), 1177–1182. https://doi.org/10.3233/BMR-171050

Baslund, B., Thomsen, B. S., & Jensen, E. M. (1990). Frozen Shoulder: Current Concepts. Scandinavian Journal of Rheumatology, 19(5), 321–325. https://doi.org/10.3109/03009749009096786

Ben-Arie, E., Kao, P.-Y., Lee, Y.-C., Ho, W.-C., Chou, L.-W., & Liu, H.-P. (2020). The Effectiveness of Acupuncture in the Treatment of Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-Analysis. Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, 2020, 1–14. https://doi.org/10.1155/2020/9790470

Binder, A. I., Bulgen, D. Y., Hazleman, B. L., & Roberts, S. (1984). Frozen shoulder: A long-term prospective study. Annals of the Rheumatic Diseases, 43(3), 361–364.

Blonna, D., Fissore, F., Bellato, E., La Malfa, M., Calò, M., Bonasia, D. E., Rossi, R., & Castoldi, F. (2017). Subclinical hypothyroidism and diabetes as risk factors for postoperative stiff shoulder. Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy: Official Journal of the ESSKA, 25(7), 2208–2216. https://doi.org/10.1007/s00167-015-3906-z

Booker, S. J., Boyd, M., Gallacher, S., Evans, J. P., Auckland, C., Kitson, J., Thomas, W., & Smith, C. D. (2017). The colonisation of the glenohumeral joint by Propionibacterium acnes is not associated with frozen shoulder but is more likely to occur after an injection into the joint. The Bone & Joint Journal, 99-B(8), 1067–1072. https://doi.org/10.1302/0301-620X.99B8.BJJ-2016-1168.R2

Breckenridge, J. D., & McAuley, J. H. (2011). Shoulder Pain and Disability Index (SPADI). Journal of Physiotherapy, 57(3), 197. https://doi.org/10.1016/S1836-9553(11)70045-5

Buchard, P.-A., Burrus, C., Luthi, F., Theumann, N., Riand, N., & Konzelmann, M. (2017). [Adhesive capsulitis of the shoulder: Update 2017]. Revue Medicale Suisse, 13(577), 1704–1709.

Carbone, S., Gumina, S., Vestri, A. R., & Postacchini, R. (2010). Coracoid pain test: A new clinical sign of shoulder adhesive capsulitis. International Orthopaedics, 34(3), 385–388. https://doi.org/10.1007/s00264-009-0791-4

Çelik, D., & Kaya Mutlu, E. (2016). Does adding mobilization to stretching improve outcomes for people with frozen shoulder? A randomized controlled clinical trial. Clinical Rehabilitation, 30(8), 786–794. https://doi.org/10.1177/0269215515597294

Challoumas, D., Biddle, M., McLean, M., & Millar, N. L. (2020). Comparison of Treatments for Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA Network Open, 3(12), e2029581.

Chan, H., Pua, P., & How, C. (2017). Physical therapy in the management of frozen shoulder. Singapore Medical Journal, 58(12), 685–689. https://doi.org/10.11622/smedj.2017107

Chen, C.-Y., Hu, C.-C., Weng, P.-W., Huang, Y.-M., Chiang, C.-J., Chen, C.-H., Tsuang, Y.-H., Yang, R.-S., Sun, J.-S., & Cheng, C.-K. (2014). Extracorporeal shockwave therapy improves short-term functional outcomes of shoulder adhesive capsulitis. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 23(12), 1843–1851. https://doi.org/10.1016/j.jse.2014.08.010

Cher, J. Z. B., Akbar, M., Kitson, S., Crowe, L. A. N., Garcia-Melchor, E., Hannah, S. C., McLean, M., Fazzi, U. G., Kerr, S. C., Murrell, G. A. C., & Millar, N. L. (2018). Alarmins in Frozen Shoulder: A Molecular Association Between Inflammation and Pain. The American Journal of Sports Medicine, 46(3), 671–678. https://doi.org/10.1177/0363546517741127

Cho, C.-H., Bae, K.-C., & Kim, D.-H. (2019). Treatment Strategy for Frozen Shoulder. Clinics in Orthopedic Surgery, 11(3), 249. https://doi.org/10.4055/cios.2019.11.3.249

Cho, C.-H., Song, K.-S., Kim, B.-S., Kim, D. H., & Lho, Y.-M. (2018). Biological Aspect of Pathophysiology for Frozen Shoulder. BioMed Research International, 2018, 1–8. https://doi.org/10.1155/2018/7274517

Çınar, M., Akpınar, S., Derincek, A., Circi, E., & Uysal, M. (2010). Comparison of arthroscopic capsular release in diabetic and idiopathic frozen shoulder patients. Archives of Orthopaedic and Trauma Surgery, 130(3), 401–406. https://doi.org/10.1007/s00402-009-0900-2

Clewley, D., Flynn, T. W., & Koppenhaver, S. (2014). Trigger Point Dry Needling as an Adjunct Treatment for a Patient With Adhesive Capsulitis of the Shoulder. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 44(2), 92–101. https://doi.org/10.2519/jospt.2014.4915

Cools, A. (2020). Shoulder Rehabilitation: A Practical Guide for the Clinician (Skribis).

Cordesse, G. (2014). Le questionnaire DASH (Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand), un outil pour le bilan de l’épaule ? Kinésithérapie, La Revue, 14(149), 17–20. https://doi.org/10.1016/j.kine.2014.01.011

Cucchi, D., Marmotti, A., De Giorgi, S., Costa, A., D’Apolito, R., Conca, M., Russo, A., Saccomanno, M. F., de Girolamo, L., & SIGASCOT Research Committee. (2017). Risk Factors for Shoulder Stiffness: Current Concepts. Joints, 5(4), 217–223. https://doi.org/10.1055/s-0037-1608951

Date, A., & Rahman, L. (2020). Frozen shoulder: Overview of clinical presentation and review of the current evidence base for management strategies. Future Science OA, 6(10), FSO647. https://doi.org/10.2144/fsoa-2020-0145

De Baets, L., Matheve, T., Dierickx, C., Bijnens, E., Jans, D., & Timmermans, A. (2020). Are clinical outcomes of frozen shoulder linked to pain, structural factors or pain-related cognitions? An explorative cohort study. Musculoskeletal Science and Practice, 50, 102270. https://doi.org/10.1016/j.msksp.2020.102270

De Baets, L., Matheve, T., Traxler, J., Vlaeyen, J., & Timmermans, A. (2020). Pain-related beliefs are associated with arm function in persons with frozen shoulder. Shoulder & Elbow, 12(6), 432–440. https://doi.org/10.1177/1758573220921561

de la Serna, D., Navarro-Ledesma, S., Alayón, F., López, E., & Pruimboom, L. (2021). A Comprehensive View of Frozen Shoulder: A Mystery Syndrome. Frontiers in Medicine, 8, 663703. https://doi.org/10.3389/fmed.2021.663703

Delmares, É. (2016). Rétractions capsulaires d’épaule: Mécanismes et propositions de traitement. Kinésithérapie, La Revue, 16(171), 48–53. https://doi.org/10.1016/j.kine.2015.12.011

Demyttenaere, J., Martyn, O., & Delaney, R. (2022). The Impact of the COVID-19 Pandemic on Frozen Shoulder Incidence Rates & Severity. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, S1058274622002191. https://doi.org/10.1016/j.jse.2022.01.123

Diercks, R. L., & Stevens, M. (2004). Gentle thawing of the frozen shoulder: A prospective study of supervised neglect versus intensive physical therapy in seventy-seven patients with frozen shoulder syndrome followed up for two years. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 13(5), 499–502.

Donatelli, R., Ruivo, R. M., Thurner, M., & Ibrahim, M. I. (2014). New concepts in restoring shoulder elevation in a stiff and painful shoulder patient. Physical Therapy in Sport: Official Journal of the Association of Chartered Physiotherapists in Sports Medicine, 15(1), 3–14. https://doi.org/10.1016/j.ptsp.2013.11.001

Doner, G., Guven, Z., Atalay, A., & Celiker, R. (2013). Evalution of Mulliganâ€TMs technique for adhesive capsulitis of the shoulder. Journal of Rehabilitation Medicine, 45(1), 87–91. https://doi.org/10.2340/16501977-1064

D’Orsi, G. M., Via, A. G., Frizziero, A., & Oliva, F. (2012). Treatment of adhesive capsulitis: A review. Muscles, Ligaments and Tendons Journal, 2(2), 70–78.

Dueñas, L., Balasch-Bernat, M., Aguilar-Rodríguez, M., Struyf, F., Meeus, M., & Lluch, E. (2019). A Manual Therapy and Home Stretching Program in Patients With Primary Frozen Shoulder Contracture Syndrome: A Case Series. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 49(3), 192–201. https://doi.org/10.2519/jospt.2019.8194

Duzgun, I., Turgut, E., Eraslan, L., Elbasan, B., Oskay, D., & Atay, O. A. (2019). Which method for frozen shoulder mobilization: Manual posterior capsule stretching or scapular mobilization? Journal of Musculoskeletal & Neuronal Interactions, 19(3), 311–316.

Dyer, B. P., Burton, C., Rathod-Mistry, T., Blagojevic-Bucknall, M., & van der Windt, D. A. (2021). Diabetes as a Prognostic Factor in Frozen Shoulder: A Systematic Review. Archives of Rehabilitation Research and Clinical Translation, 3(3), 100141. https://doi.org/10.1016/j.arrct.2021.100141

Ebrahimzadeh, M., Moradi, A., Bidgoli, H., & Zarei, B. (2019). The relationship between depression or anxiety symptoms and objective and subjective symptoms of patients with frozen shoulder. International Journal of Preventive Medicine, 10(1), 38. https://doi.org/10.4103/ijpvm.IJPVM_212_17

Fields, B. K. K., Skalski, M. R., Patel, D. B., White, E. A., Tomasian, A., Gross, J. S., & Matcuk, G. R. (2019). Adhesive capsulitis: Review of imaging findings, pathophysiology, clinical presentation, and treatment options. Skeletal Radiology, 48(8), 1171–1184. https://doi.org/10.1007/s00256-018-3139-6

Freddy M. Kaltenborn. (2006). Manual Mobijization of the Joints—The Kaltenborn method of Joint Examination and treatment (Vols. 1-The extremities). Norli.

Georgiannos, D., Markopoulos, G., Devetzi, E., & Bisbinas, I. (2017). Adhesive Capsulitis of the Shoulder. Is there Consensus Regarding the Treatment? A Comprehensive Review. The Open Orthopaedics Journal, 11(1), 65–76. https://doi.org/10.2174/1874325001711010065

Gleyze, P., Clavert, P., Flurin, P.-H., Laprelle, E., Katz, D., Toussaint, B., Benkalfate, T., Charousset, C., Joudet, T., Georges, T., Hubert, L., Lafosse, L., Hardy, P., Solignac, N., & Lévigne, C. (2011). Management of the stiff shoulder. A prospective multicenter comparative study of the six main techniques in use: 235 cases. Orthopaedics & Traumatology: Surgery & Research, 97(8), S167–S181. https://doi.org/10.1016/j.otsr.2011.09.004

Gokalp, G., Algin, O., Yildirim, N., & Yazici, Z. (2011). Adhesive capsulitis: Contrast-enhanced shoulder MRI findings: Adhesive capsulitis: MRI. Journal of Medical Imaging and Radiation Oncology, 55(2), 119–125.

Gordon, J. A., Breitbart, E., Austin, D. C., Photopoulos, C. D., & Kelly, J. D. (2016). Adhesive Capsulitis: Diagnosis, Etiology, and Treatment Strategies. In J. D. Kelly IV (Ed.), Elite Techniques in Shoulder Arthroscopy(pp. 149–168). Springer International Publishing. https://doi.org/10.1007/978-3-319-25103-5_14

Gordon, J. A., Farooqi, A. S., Rabut, E., Huffman, G. R., Schug, J., Kelly, J. D., & Dodge, G. R. (2022). Evaluating whole-genome expression differences in idiopathic and diabetic adhesive capsulitis. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 31(1), e1–e13. https://doi.org/10.1016/j.jse.2021.06.016

Grant, J. A., Schroeder, N., Miller, B. S., & Carpenter, J. E. (2013). Comparison of manipulation and arthroscopic capsular release for adhesive capsulitis: A systematic review. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 22(8), 1135–1145. https://doi.org/10.1016/j.jse.2013.01.010

Gurudut, P., & Godse, A. N. (2022). Effectiveness of graded motor imagery in subjects with frozen shoulder: A pilot randomized controlled trial. The Korean Journal of Pain, 35(2), 152–159. https://doi.org/10.3344/kjp.2022.35.2.152

Gutiérrez Espinoza, H. J., Pavez, F., Guajardo, C., & Acosta, M. (2015). Glenohumeral posterior mobilization versus conventional physiotherapy for primary adhesive capsulitis: A randomized clinical trial. Medwave, 15(8), e6267. https://doi.org/10.5867/medwave.2015.08.6267

Hagiwara, Y., Ando, A., Kanazawa, K., Koide, M., Sekiguchi, T., Hamada, J., & Itoi, E. (2018). Arthroscopic Coracohumeral Ligament Release for Patients With Frozen Shoulder. Arthroscopy Techniques, 7(1), e1–e5. https://doi.org/10.1016/j.eats.2017.07.027

Hanchard, N. C. A., Goodchild, L., Thompson, J., O’Brien, T., Davison, D., & Richardson, C. (2011). A questionnaire survey of UK physiotherapists on the diagnosis and management of contracted (frozen) shoulder. Physiotherapy, 97(2), 115–125. https://doi.org/10.1016/j.physio.2010.08.012

63.  Hand, G. C. R., Athanasou, N. A., Matthews, T., & Carr, A. J. (2007). The pathology of frozen shoulder. The Journal of Bone and Joint Surgery. British Volume, 89(7), 928–932. https://doi.org/10.1302/0301-620X.89B7.19097

Hani Zreik, N., Malik, R. A., & Charalambous, C. C. (2019). Adhesive capsulitis of the shoulder and diabetes: A meta-analysis of prevalence. Muscle Ligaments and Tendons Journal, 06(01), 26. https://doi.org/10.32098/mltj.01.2016.04

Harris, G., Bou-Haidar, P., & Harris, C. (2013). Adhesive capsulitis: Review of imaging and treatment: Adhesive capsulitis: review of imaging and treatment. Journal of Medical Imaging and Radiation Oncology, 57(6), 633–643. https://doi.org/10.1111/1754-9485.12111

Harryman, D. T., Sidles, J. A., Harris, S. L., & Matsen, F. A. (1992). The role of the rotator interval capsule in passive motion and stability of the shoulder. The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume, 74(1), 53–66.

Hettrich, C. M., DiCarlo, E. F., Faryniarz, D., Vadasdi, K. B., Williams, R., & Hannafin, J. A. (2016). The effect of myofibroblasts and corticosteroid injections in adhesive capsulitis. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 25(8), 1274–1279. https://doi.org/10.1016/j.jse.2016.01.012

Hollmann, L., Halaki, M., Kamper, S. J., Haber, M., & Ginn, K. A. (2018). Does muscle guarding play a role in range of motion loss in patients with frozen shoulder? Musculoskeletal Science and Practice, 37, 64–68. https://doi.org/10.1016/j.msksp.2018.07.001

Hussein, A. Z., & Donatelli, R. A. (2016). The efficacy of radial extracorporeal shockwave therapy in shoulder adhesive capsulitis: A prospective, randomised, double-blind, placebo-controlled, clinical study. European Journal of Physiotherapy, 18(1), 63–76. https://doi.org/10.3109/21679169.2015.1119887

Ibrahim, M., Donatelli, R., Hellman, M., & Echternach, J. (2014). Efficacy of a static progressive stretch device as an adjunct to physical therapy in treating adhesive capsulitis of the shoulder: A prospective, randomised study. Physiotherapy, 100(3), 228–234. https://doi.org/10.1016/j.physio.2013.08.006

Jain, M., Tripathy, P. R., Manik, R., Tripathy, S., Behera, B., & Barman, A. (2020). Short term effect of yoga asana—An adjunct therapy to conventional treatment in frozen shoulder. Journal of Ayurveda and Integrative Medicine,11(2), 101–105. https://doi.org/10.1016/j.jaim.2018.12.007

Jain, T. K., & Sharma, N. K. (2014). The effectiveness of physiotherapeutic interventions in treatment of frozen shoulder/adhesive capsulitis: A systematic review. Journal of Back and Musculoskeletal Rehabilitation, 27(3), 247–273. https://doi.org/10.3233/BMR-130443

Jia, X., Ji, J.-H., Petersen, S. A., Keefer, J., & McFarland, E. G. (2008). Clinical Evaluation of the Shoulder Shrug Sign. Clinical Orthopaedics & Related Research, 466(11), 2813–2819. https://doi.org/10.1007/s11999-008-0331-3

Jublanc, C., Beaudeux, J. L., Aubart, F., Raphael, M., Chadarevian, R., Chapman, M. J., Bonnefont-Rousselot, D., & Bruckert, E. (2011). Serum levels of adhesion molecules ICAM-1 and VCAM-1 and tissue inhibitor of metalloproteinases, TIMP-1, are elevated in patients with autoimmune thyroid disorders: Relevance to vascular inflammation. Nutrition, Metabolism, and Cardiovascular Diseases: NMCD, 21(10), 817–822. https://doi.org/10.1016/j.numecd.2010.02.023

Kalia, V., Mani, S., & Kumar, S. P. (2021). Short-term effect of myofascial trigger point dry-needling in patients with Adhesive Capsulitis. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 25, 146–150. https://doi.org/10.1016/j.jbmt.2020.10.014

Kareha, S. M., McClure, P. W., & Fernandez-Fernandez, A. (2021). Reliability and Concurrent Validity of Shoulder Tissue Irritability Classification. Physical Therapy, 101(3), pzab022. https://doi.org/10.1093/ptj/pzab022

Kelley, M. J., Shaffer, M. A., Kuhn, J. E., Michener, L. A., Seitz, A. L., Uhl, T. L., Godges, J. J., & McClure, P. W. (2013). Shoulder pain and mobility deficits: Adhesive capsulitis. The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy, 43(5), A1-31. https://doi.org/10.2519/jospt.2013.0302

Khan, M. (2015). Comparison for Efficacy of General Exercises with and without Mobilization Therapy for the Management of Adhesive Capsulitis of Shoulder- An Intervational Study. Pakistan Journal of Medical Sciences, 31(6). https://doi.org/10.12669/pjms.316.7909

Kim, D. H., Kim, Y. S., Kim, B.-S., Sung, D. H., Song, K.-S., & Cho, C.-H. (2020). Is frozen shoulder completely resolved at 2 years after the onset of disease? Journal of Orthopaedic Science, 25(2), 224–228. https://doi.org/10.1016/j.jos.2019.03.011

Kim, W.-M., Seo, Y.-G., Park, Y.-J., Cho, H.-S., Lee, S.-A., Jeon, S.-J., & Ji, S.-M. (2021). Effects of Different Types of Contraction Exercises on Shoulder Function and Muscle Strength in Patients with Adhesive Capsulitis. International Journal of Environmental Research and Public Health, 18(24), 13078. https://doi.org/10.3390/ijerph182413078

Kim, Y.-S., Kim, J.-M., Lee, Y.-G., Hong, O.-K., Kwon, H.-S., & Ji, J.-H. (2013). Intercellular adhesion molecule-1 (ICAM-1, CD54) is increased in adhesive capsulitis. The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume,95(4), e181-188. https://doi.org/10.2106/JBJS.K.00525

Kingston, K., Curry, E. J., Galvin, J. W., & Li, X. (2018). Shoulder adhesive capsulitis: Epidemiology and predictors of surgery. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 27(8), 1437–1443. https://doi.org/10.1016/j.jse.2018.04.004

Koh, P. S., Seo, B. K., Cho, N. S., Park, H. S., Park, D. S., & Baek, Y. H. (2013). Clinical effectiveness of bee venom acupuncture and physiotherapy in the treatment of adhesive capsulitis: A randomized controlled trial. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 22(8), 1053–1062. https://doi.org/10.1016/j.jse.2012.10.045

Köhler, C. A., Freitas, T. H., Maes, M., de Andrade, N. Q., Liu, C. S., Fernandes, B. S., Stubbs, B., Solmi, M., Veronese, N., Herrmann, N., Raison, C. L., Miller, B. J., Lanctôt, K. L., & Carvalho, A. F. (2017). Peripheral cytokine and chemokine alterations in depression: A meta-analysis of 82 studies. Acta Psychiatrica Scandinavica, 135(5), 373–387. https://doi.org/10.1111/acps.12698

Kouser, F., Sajjad, A. G., Amanat, S., & Mehmood, Q. (2017). Effectiveness of Kaltenborn mobilization in mid-range and end-range in patients with adhesive capsulitis. Rawal Medical Journal, 42(4), 559–562.

Kraal, T., Beimers, L., The, B., Sierevelt, I., van den Bekerom, M., & Eygendaal, D. (2019). Manipulation under anaesthesia for frozen shoulders: Outdated technique or well-established quick fix? EFORT Open Reviews, 4(3), 98–109. https://doi.org/10.1302/2058-5241.4.180044

Kraal, T., Lübbers, J., van den Bekerom, M. P. J., Alessie, J., van Kooyk, Y., Eygendaal, D., & Koorevaar, R. C. T. (2020). The puzzling pathophysiology of frozen shoulders – a scoping review. Journal of Experimental Orthopaedics, 7. https://doi.org/10.1186/s40634-020-00307-w

Lädermann, A., Piotton, S., Abrassart, S., Mazzolari, A., Ibrahim, M., & Stirling, P. (2021). Hydrodilatation with corticosteroids is the most effective conservative management for frozen shoulder. Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy, 29(8), 2553–2563. https://doi.org/10.1007/s00167-020-06390-x

Laubscher, & Rösch. (2009). Frozen shoulder: A review.

Le Corroller, T., Cohen, M., Aswad, R., & Champsaur, P. (2007). L’intervalle des rotateurs: Des lésions cachées ? Journal de Radiologie, 88(11, Part 1), 1669–1677. https://doi.org/10.1016/S0221-0363(07)74045-3

Le, H. V., Lee, S. J., Nazarian, A., & Rodriguez, E. K. (2017). Adhesive capsulitis of the shoulder: Review of pathophysiology and current clinical treatments. Shoulder & Elbow, 9(2), 75–84. https://doi.org/10.1177/1758573216676786

León-Latre, M., Moreno-Franco, B., Andrés-Esteban, E. M., Ledesma, M., Laclaustra, M., Alcalde, V., Peñalvo, J. L., Ordovás, J. M., & Casasnovas, J. A. (2014). Sedentary Lifestyle and Its Relation to Cardiovascular Risk Factors, Insulin Resistance and Inflammatory Profile. Revista Española de Cardiología (English Edition), 67(6), 449–455. https://doi.org/10.1016/j.rec.2013.10.015

Lewis, J. (2015). Frozen shoulder contracture syndrome—Aetiology, diagnosis and management. Manual Therapy, 20(1), 2–9. https://doi.org/10.1016/j.math.2014.07.006

Lho, Y.-M., Ha, E., Cho, C.-H., Song, K.-S., Min, B.-W., Bae, K.-C., Lee, K.-J., Hwang, I., & Park, H.-B. (2013). Inflammatory cytokines are overexpressed in the subacromial bursa of frozen shoulder. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 22(5), 666–672. https://doi.org/10.1016/j.jse.2012.06.014

Lorbach, O., Anagnostakos, K., Scherf, C., Seil, R., Kohn, D., & Pape, D. (2010). Nonoperative management of adhesive capsulitis of the shoulder: Oral cortisone application versus intra-articular cortisone injections. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 19(2), 172–179. https://doi.org/10.1016/j.jse.2009.06.013

Lubis, A. M. T., & Lubis, V. K. (2013). Matrix metalloproteinase, tissue inhibitor of metalloproteinase and transforming growth factor-beta 1 in frozen shoulder, and their changes as response to intensive stretching and supervised neglect exercise. Journal of Orthopaedic Science: Official Journal of the Japanese Orthopaedic Association, 18(4), 519–527. https://doi.org/10.1007/s00776-013-0387-0

Ma, S.-Y., Je, H. D., Jeong, J. H., Kim, H.-Y., & Kim, H.-D. (2013). Effects of Whole-Body Cryotherapy in the Management of Adhesive Capsulitis of the Shoulder. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 94(1), 9–16. https://doi.org/10.1016/j.apmr.2012.07.013

Manske, R. C., & Prohaska, D. (2010). Clinical Commentary and Literature Review: Diagnosis, Conservative and Surgical Management of Adhesive Capsulitis. Shoulder & Elbow, 2(4), 238–254. https://doi.org/10.1111/j.1758-5740.2010.00095.x

Mao, B., Peng, R., Zhang, Z., Zhang, K., Li, J., & Fu, W. (2022). The Effect of Intra-articular Injection of Hyaluronic Acid in Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-analysis of Randomized Controlled Trials. Journal of Orthopaedic Surgery and Research, 17(1), 128. https://doi.org/10.1186/s13018-022-03017-4

Marc, T., Morana, C., Gaudin, T., & Teissier, J. (2016). Traitement des capsulites rétractiles par thérapie manuelle: Résultats à 3ans. Kinésithérapie, La Revue, 16(171), 54–62. https://doi.org/10.1016/j.kine.2015.12.012

Martinez-Calderon, J., Struyf, F., Meeus, M., & Luque-Suarez, A. (2018). The association between pain beliefs and pain intensity and/or disability in people with shoulder pain: A systematic review. Musculoskeletal Science & Practice, 37, 29–57. https://doi.org/10.1016/j.msksp.2018.06.010

McClure, P. W., & Michener, L. A. (2015). Staged Approach for Rehabilitation Classification: Shoulder Disorders (STAR-Shoulder). Physical Therapy, 95(5), 791–800. https://doi.org/10.2522/ptj.20140156

Mertens, M. G., Meert, L., Struyf, F., Schwank, A., & Meeus, M. (2021). Exercise Therapy is Effective for Improvement in Range of Motion, Function, and Pain in Patients With Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-analysis. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, S0003999321013666. https://doi.org/10.1016/j.apmr.2021.07.806

Mertens, M. G., Meeus, M., Verborgt, O., Vermeulen, E. H. M., Schuitemaker, R., Hekman, K. M. C., van der Burg, D. H., & Struyf, F. (2022). An overview of effective and potential new conservative interventions in patients with frozen shoulder. Rheumatology International, 42(6), 925–936. https://doi.org/10.1007/s00296-021-04979-0

Minns Lowe, C., Barrett, E., McCreesh, K., de Búrca, N., & Lewis, J. (2019). Clinical effectiveness of non-surgical interventions for primary frozen shoulder: A systematic review. Journal of Rehabilitation Medicine, 0. https://doi.org/10.2340/16501977-2578

Mitchell, C., Adebajo, A., Hay, E., & Carr, A. (2005). Shoulder pain: Diagnosis and management in primary care. BMJ, 331(7525), 1124–1128. https://doi.org/10.1136/bmj.331.7525.1124

Mitsch, J., Casey, J., McKinnis, R., Kegerreis, S., & Stikeleather, J. (2004). Investigation of a Consistent Pattern of Motion Restriction in Patients with Adhesive Capsulitis. Journal of Manual & Manipulative Therapy,12(3), 153–159. https://doi.org/10.1179/106698104790825257

Mueller, M. J., & Maluf, K. S. (2002). Tissue adaptation to physical stress: A proposed “Physical Stress Theory” to guide physical therapist practice, education, and research. Physical Therapy, 82(4), 383–403.

Mulligan, E. P., Brunette, M., Shirley, Z., & Khazzam, M. (2015). Sleep quality and nocturnal pain in patients with shoulder disorders. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 24(9), 1452–1457. https://doi.org/10.1016/j.jse.2015.02.013

Nakandala, P., Nanayakkara, I., Wadugodapitiya, S., & Gawarammana, I. (2021). The efficacy of physiotherapy interventions in the treatment of adhesive capsulitis: A systematic review. Journal of Back and Musculoskeletal Rehabilitation, 34(2), 195–205. https://doi.org/10.3233/BMR-200186

Neviaser, A. S., & Hannafin, J. A. (2010). Adhesive capsulitis: A review of current treatment. The American Journal of Sports Medicine, 38(11), 2346–2356. https://doi.org/10.1177/0363546509348048

Noten, S., Meeus, M., Stassijns, G., Van Glabbeek, F., Verborgt, O., & Struyf, F. (2016). Efficacy of Different Types of Mobilization Techniques in Patients With Primary Adhesive Capsulitis of the Shoulder: A Systematic Review. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 97(5), 815–825. https://doi.org/10.1016/j.apmr.2015.07.025

Ozaki, J., Nakagawa, Y., Sakurai, G., & Tamai, S. (1989). Recalcitrant chronic adhesive capsulitis of the shoulder. Role of contracture of the coracohumeral ligament and rotator interval in pathogenesis and treatment. The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume, 71(10), 1511–1515.

Page, M. J., Green, S., Kramer, S., Johnston, R. V., McBain, B., & Buchbinder, R. (2014). Electrotherapy modalities for adhesive capsulitis (frozen shoulder). Cochrane Database of Systematic Reviews. https://doi.org/10.1002/14651858.CD011324

Page, M. J., Green, S., Kramer, S., Johnston, R. V., McBain, B., Chau, M., & Buchbinder, R. (2014). Manual therapy and exercise for adhesive capsulitis (frozen shoulder). Cochrane Database of Systematic Reviews. https://doi.org/10.1002/14651858.CD011275

Pallot, A., & Morichon, A. (2013). Supra-épineux 2.0, de son intégrité à sa rupture: Le Pathologique. Mise à jour factuelle des données. Kinésithérapie, La Revue, 13(144), 27–32. https://doi.org/10.1016/j.kine.2013.10.004

Pandey, V., & Madi, S. (2021). Clinical Guidelines in the Management of Frozen Shoulder: An Update! Indian Journal of Orthopaedics, 55(2), 299–309. https://doi.org/10.1007/s43465-021-00351-3

Park, Y. C., Koh, P. S., Seo, B. K., Lee, J. W., Cho, N. S., Park, H. S., Park, D. S., & Baek, Y. H. (2014). Long-Term Effectiveness of Bee Venom Acupuncture and Physiotherapy in the Treatment of Adhesive Capsulitis: A One-Year Follow-Up Analysis of a Previous Randomized Controlled Trial. The Journal of Alternative and Complementary Medicine, 20(12), 919–924. https://doi.org/10.1089/acm.2014.0220

Petchprapa, C. N., Beltran, L. S., Jazrawi, L. M., Kwon, Y. W., Babb, J. S., & Recht, M. P. (2010). The Rotator Interval: A Review of Anatomy, Function, and Normal and Abnormal MRI Appearance. American Journal of Roentgenology, 195(3), 567–576. https://doi.org/10.2214/AJR.10.4406

Pietrzak, M. (2016). Adhesive capsulitis: An age related symptom of metabolic syndrome and chronic low-grade inflammation? Medical Hypotheses, 88, 12–17. https://doi.org/10.1016/j.mehy.2016.01.002

Rahu, M., Kolts, I., Põldoja, E., & Kask, K. (2017). Rotator cuff tendon connections with the rotator cable. Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy, 25(7), 2047–2050. https://doi.org/10.1007/s00167-016-4148-4

Ramirez, J. (2019). Adhesive Capsulitis: Diagnosis and Management. American Family Physician, 99(5), 297–300.

Rangan, A., Gibson, J., Brownson, P., Thomas, M., Rees, J., & Kulkarni, R. (2015). Frozen Shoulder. Shoulder & Elbow, 7(4), 299–307. https://doi.org/10.1177/1758573215601779

Rangan, A., Hanchard, N., & McDaid, C. (2016). What is the most effective treatment for frozen shoulder? BMJ, i4162. https://doi.org/10.1136/bmj.i4162

Rawat, P., Eapen, C., & Seema, K. P. (2017). Effect of rotator cuff strengthening as an adjunct to standard care in subjects with adhesive capsulitis: A randomized controlled trial. Journal of Hand Therapy, 30(3), 235-241.e8. https://doi.org/10.1016/j.jht.2016.10.007

Reeves, B. (1975). The Natural History of the Frozen Shoulder Syndrome. Scandinavian Journal of Rheumatology, 4(4), 193–196. https://doi.org/10.3109/03009747509165255

Rill, B. K., Fleckenstein, C. M., Levy, M. S., Nagesh, V., & Hasan, S. S. (2011). Predictors of Outcome After Nonoperative and Operative Treatment of Adhesive Capsulitis. The American Journal of Sports Medicine, 39(3), 567–574. https://doi.org/10.1177/0363546510385403

Robinson, C. M., Seah, K. T. M., Chee, Y. H., Hindle, P., & Murray, I. R. (2012). Frozen shoulder. The Journal of Bone and Joint Surgery. British Volume, 94-B(1), 1–9. https://doi.org/10.1302/0301-620X.94B1.27093

Russell, S., Jariwala, A., Conlon, R., Selfe, J., Richards, J., & Walton, M. (2014). A blinded, randomized, controlled trial assessing conservative management strategies for frozen shoulder. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 23(4), 500–507. https://doi.org/10.1016/j.jse.2013.12.026

Sahu, D., & Shetty, G. (2022). Frozen shoulder after COVID-19 vaccination. JSES International, S2666638322000755. https://doi.org/10.1016/j.jseint.2022.02.013

Santoboni, F., Balducci, S., D’Errico, V., Haxhi, J., Vetrano, M., Piccinini, G., Ferretti, A., Pugliese, G., & Vulpiani, M. C. (2017). Extracorporeal Shockwave Therapy Improves Functional Outcomes of Adhesive Capsulitis of the Shoulder in Patients With Diabetes. Diabetes Care, 40(2), e12–e13. https://doi.org/10.2337/dc16-2063

Sawyer, E. E., McDevitt, A. W., Louw, A., Puentedura, E. J., & Mintken, P. E. (2018). Use of Pain Neuroscience Education, Tactile Discrimination, and Graded Motor Imagery in an Individual With Frozen Shoulder. The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy, 48(3), 174–184. https://doi.org/10.2519/jospt.2018.7716

Schiefer, M., Teixeira, P. F. S., Fontenelle, C., Carminatti, T., Santos, D. A., Righi, L. D., & Conceição, F. L. (2017). Prevalence of hypothyroidism in patients with frozen shoulder. Journal of Shoulder and Elbow Surgery,26(1), 49–55. https://doi.org/10.1016/j.jse.2016.04.026

Shaffer, B., Tibone, J. E., & Kerlan, R. K. (1992). Frozen shoulder. A long-term follow-up. The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume, 74(5), 738–746.

Shih, Y.-F., Liao, P.-W., & Lee, C.-S. (2017). The immediate effect of muscle release intervention on muscle activity and shoulder kinematics in patients with frozen shoulder: A cross-sectional, exploratory study. BMC Musculoskeletal Disorders, 18(1), 499. https://doi.org/10.1186/s12891-017-1867-8

Simons, D. G., Travell, J. G., Simons, L. S., & Travell, J. G. (1999). Travell & Simons’ myofascial pain and dysfunction: The trigger point manual (2nd ed). Williams & Wilkins.

Srour, F. (2008). Utilisation du froid dans la prise en charge de la capsulite rétractile d’épaule en phase aiguë. Kinésithérapie, La Revue, 8(83), 29–33. https://doi.org/10.1016/S1779-0123(08)70681-8

Srour, F., & Nourissat, G. (2021). La capsulite rétractile: Compréhension de la maladie, examen clinique et traitements. Mains Libres, 3.

Sumarwoto, T., Hadinoto, S. A., & Roshada, M. F. (2021). Frozen Shoulder: Current Concept of Management. Open Access Macedonian Journal of Medical Sciences, 9(F), 58–66. https://doi.org/10.3889/oamjms.2021.5716

Sun, Y., Zhang, P., Liu, S., Li, H., Jiang, J., Chen, S., & Chen, J. (2017). Intra-articular Steroid Injection for Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-analysis of Randomized Controlled Trials With Trial Sequential Analysis. The American Journal of Sports Medicine, 45(9), 2171–2179. https://doi.org/10.1177/0363546516669944

Sung, C.-M., Jung, T. S., & Park, H. B. (2014). Are serum lipids involved in primary frozen shoulder? A case-control study. The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume, 96(21), 1828–1833. https://doi.org/10.2106/JBJS.M.00936

Tamai, K., Akutsu, M., & Yano, Y. (2014). Primary frozen shoulder: Brief review of pathology and imaging abnormalities. Journal of Orthopaedic Science: Official Journal of the Japanese Orthopaedic Association, 19(1), 1–5. https://doi.org/10.1007/s00776-013-0495-x

Tasto, J. P., & Elias, D. W. (2007). Adhesive Capsulitis. Sports Medicine and Arthroscopy Review, 15(4), 216–221. https://doi.org/10.1097/JSA.0b013e3181595c22

The shoulder made easy. (2019). Springer Berlin Heidelberg.

Tkachuk, G. A., & Harris, C. A. (2012). Psychometric properties of the Tampa Scale for Kinesiophobia-11 (TSK-11). The Journal of Pain, 13(10), 970–977. https://doi.org/10.1016/j.jpain.2012.07.001

Vahdatpour, B., Taheri, P., Zade, A. Z., & Moradian, S. (2014). Efficacy of extracorporeal shockwave therapy in frozen shoulder. International Journal of Preventive Medicine, 5(7), 875–881.

Vaillant, J. (2013). Capsulite rétractile: Recommandationsde l’american physical therapy association (1ère partie). Kinésithérapie Scientifique.

Vaishya, R., Agarwal, A. K., & Vijay, V. (2016). Adhesive capsulitis: Current practice guidelines. Apollo Medicine, 13(3), 198–202. https://doi.org/10.1016/j.apme.2016.07.001

Vastamäki, H., Varjonen, L., & Vastamäki, M. (2015). Optimal time for manipulation of frozen shoulder may be between 6 and 9 months. Scandinavian Journal of Surgery, 104(4), 260–266. https://doi.org/10.1177/1457496914566637

Walmsley, S., Osmotherly, P. G., & Rivett, D. A. (2014). Clinical identifiers for early-stage primary/idiopathic adhesive capsulitis: Are we seeing the real picture? Physical Therapy, 94(7), 968–976. https://doi.org/10.2522/ptj.20130398

Walmsley, S., Osmotherly, P. G., Walker, C. J., & Rivett, D. A. (2013). Power Doppler Ultrasonography in the Early Diagnosis of Primary/Idiopathic Adhesive Capsulitis: An Exploratory Study. Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, 36(7), 428–435. https://doi.org/10.1016/j.jmpt.2013.05.024

Warner, J. J. P. (1997). Frozen Shoulder: Diagnosis and Management: Journal of the American Academy of Orthopaedic Surgeons, 5(3), 130–140. https://doi.org/10.5435/00124635-199705000-00002

Wheeler, C. H. B., Williams, A. C. de C., & Morley, S. J. (2019). Meta-analysis of the psychometric properties of the Pain Catastrophizing Scale and associations with participant characteristics. Pain, 160(9), 1946–1953. https://doi.org/10.1097/j.pain.0000000000001494

Whelton, C., & Peach, C. A. (2018). Review of diabetic frozen shoulder. European Journal of Orthopaedic Surgery & Traumatology, 28(3), 363–371. https://doi.org/10.1007/s00590-017-2068-8

Willmore, E., McRobert, C., Foy, C., Stratton, I., & van der Windt, D. (2021). What is the optimum rehabilitation for patients who have undergone release procedures for frozen shoulder? A UK survey. Musculoskeletal Science and Practice, 52, 102319. https://doi.org/10.1016/j.msksp.2021.102319

Woertler, K. (2015). Rotator interval. Seminars in Musculoskeletal Radiology, 19(3), 243–253. https://doi.org/10.1055/s-0035-1549318

Wolin, P. M., Ingraffia-Welp, A., Moreyra, C. E., & Hutton, W. C. (2016). High-intensity stretch treatment for severe postoperative adhesive capsulitis of the shoulder. Annals of Physical and Rehabilitation Medicine, 59(4), 242–247. https://doi.org/10.1016/j.rehab.2016.04.010

Wong, C. K., Levine, W. N., Deo, K., Kesting, R. S., Mercer, E. A., Schram, G. A., & Strang, B. L. (2017). Natural history of frozen shoulder: Fact or fiction? A systematic review. Physiotherapy, 103(1), 40–47. https://doi.org/10.1016/j.physio.2016.05.009

Woolf, C. J. (2011). Central sensitization: Implications for the diagnosis and treatment of pain. Pain, 152(3 Suppl), S2–S15. https://doi.org/10.1016/j.pain.2010.09.030

Yip, M., Francis, A.-M., Roberts, T., Rokito, A., Zuckerman, J. D., & Virk, M. S. (2018). Treatment of Adhesive Capsulitis of the Shoulder: A Critical Analysis Review. JBJS Reviews, 6(6), e5. https://doi.org/10.2106/JBJS.RVW.17.00165 Zhang, R., Wang, Z., Liu, R., Zhang, N., Guo, J., & Huang, Y. (2022). Extracorporeal Shockwave Therapy as an Adjunctive Therapy for Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-analysis. Orthopaedic Journal of Sports Medicine, 10(2), 232596712110622. https://doi.org/10.1177/23259671211062222

Zhang, Y., Xue, R., Tong, Z., Yin, M., Yu, Y., Ye, J., Xu, J., & Mo, W. (2022). The Efficacy of Manipulation with Distension Arthrography to threat adhesive Capsulitis: A Multicenter, Randomized, Single-Blind, Controlled Trial. BioMed Research International, 2022, 1–9. https://doi.org/10.1155/2022/1562358

Zhao, W., Zheng, X., Liu, Y., Yang, W., Amirbekian, V., Diaz, L. E., & Huang, X. (2012). An MRI Study of Symptomatic Adhesive Capsulitis. PLoS ONE, 7(10), e47277. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0047277

Zuckerman, J. D., & Rokito, A. (2011). Frozen shoulder: A consensus definition. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 20(2), 322–325. https://doi.org/10.1016/j.jse.2010.07.008

2 - Diagnostic - Bilan clinique

a - Objectif de l'examen clinique

Lors de l’examen clinique, le thérapeute aura pour objectif de déterminer (Lewis, 2015) :

  • Si la douleur n’est pas référée ou en relation avec d’autres causes (cervicales, thoraciques, vasculaires, neurologiques)
  • S’il n’y a pas d’instabilité
  • S’il ne s’agit pas d’une épaule raide (ce qui inclut la capsulite rétractile)
  • Si la douleur provient des tissus mous
  • Ou bien une combinaison de tout cela

Le thérapeute devra également exclure les pathologies graves, considérer les mécanismes de production de la douleur tout en intégrant le modèle biopsychosocial.

Le diagnostic de douleur à l'épaule et de déficit de mobilité associés à une capsulite rétractile primaire ou secondaire est déterminé à partir de l'anamnèse et de l'examen physique (Kelley et al., 2013). Il est important de noter toutefois qu’actuellement il n’existe aucun gold standard permettant le diagnostic d’une capsulite rétractile en phase précoce (Walmsley et al., 2014).

b - Anamnèse

Quels sont les éléments lors de l’anamnèse qui nous feront suspecter une capsulite rétractile ?

  • Généralement, ce sont des femmes de 40 à 65 ans (Kelley et al., 2013).
  • Le patient ne parvient pas toujours à expliquer le début. Dans le cas de la capsulite primaire, il n’indique pas avoir subi de traumatisme et les radiographies présentes vont dans le même sens (Srour & Nourissat, 2021).
  • La douleur peut être mal localisée et décrite comme une douleur profonde, ou se présente parfois comme une douleur référée à l'insertion distale du deltoïde, irradiant vers la zone du biceps (Ramirez, 2019). Selon une étude récente, il semble que la zone la plus fréquemment douloureuse dans les capsulites soit la zone antérolatérale de l’épaule (Balasch-Bernat et al., 2021)  
  • Cette douleur est augmentée de façon notable lors des mouvements rapides et non préparés. De plus, elle est croissante et devient progressivement nocturne surtout au début des symptômes. Cette douleur nocturne empêche le patient de dormir sur l’épaule, perturbant ainsi le sommeil (Date & Rahman, 2020; Kelley et al., 2013). À noter que cette perturbation du sommeil pourrait entrainer un état psychologique défavorable à une bonne récupération (Mulligan et al., 2015).
  • Le patient décrit des restrictions aux mouvements d’élévation antérieure, latérale, et main dans le dos (Srour & Nourissat, 2021).
  • L’atteinte se présente souvent unilatéralement et touche le membre non dominant bien que l’épaule dominante soit affectée dans 30 % des cas (Fields et al., 2019). À noter toutefois que dans 40 à 50% des cas l’atteinte existe bilatéralement, mais rarement de manière simultanée (Manske & Prohaska, 2010).

Les symptômes tels que la fièvre, les sueurs nocturnes, les malaises ou une perte de poids inexpliquée constituent des drapeaux rouges et doivent inciter le thérapeute à envisager un autre diagnostic.

c - Évaluation clinique

Dès le début de l’examen clinique, il est possible de suspecter une capsulite lorsque le patient se dévêtit. En effet, on peut observer des cicatrices indiquant un traumatisme et/ou une chirurgie (capsulite secondaire d’origine intrinsèque/extrinsèque) ou lorsque le patient présente une atrophie marquée de l’épaule pouvant être signe d’une diminution de la mobilité active (Sumarwoto et al., 2021). Ou tout simplement observer les déficits d’amplitudes lorsque le patient ne parvient pas à effectuer les mouvements nécessaires pour se dévêtir.

1 - Mobilité

L’évaluation des amplitudes est cruciale dans l’examen des capsulites (Sumarwoto et al., 2021). En effet, cette entité peut être suspectée lorsqu’un déficit global des amplitudes des mouvements existe (Kelley et al., 2013). Selon le patient, le déficit perdure depuis au moins 1 mois et il pourrait atteindre une phase de plateau ou aurait tendance à s’aggraver (Binder et al., 1984; Kelley et al., 2013; Robinson et al., 2012).

Concrètement, toutes les amplitudes (flexion, extension, rotations, abduction, adduction, etc…) devraient être évaluées en actif et en passif. Afin d’évaluer la mobilité active, il peut être demandé au patient de réaliser une élévation active de manière bilatérale, de porter ses deux mains derrière la nuque, de placer ses mains dans le dos voire même d’approcher le plus possible la main de l’épaule opposée (Srour & Nourissat, 2021). Il est à noter que ces amplitudes fonctionnelles seraient généralement plus diminuées en raison de la douleur et / ou de la raideur (Kelley et al., 2013).

Concernant la mobilité passive, le thérapeute peut utiliser un goniomètre ou un inclinomètre (De Baets, Matheve, Dierickx, et al., 2020). Certains auteurs considèrent qu’il est plus adapté d’évaluer la rotation interne, externe, l’abduction et l’élévation en décubitus dorsal compte tenu du biais que peuvent apporter les mouvements de la scapulo-thoracique (Sumarwoto et al., 2021) bien que d’autres auteurs proposent une évaluation assis sur un tabouret avec le thérapeute fixant la scapula au thorax et réalisant doucement (pour éviter les contractions musculaires involontaires) les différents mouvements de l’articulation gléno-humérale. À noter que le mouvement peut être effectué jusqu’à ce que la douleur arrête le mouvement ou jusqu’à ce que l’amplitude maximale soit atteinte.

Ainsi, pour Codman, une capsulite pourrait être suspectée lorsque un patient présente une diminution de la rotation externe avec une radiographie normale (Marc et al., 2016). Cependant, les nouvelles études montrent qu’une perte d’amplitude supérieure à 25% dans au moins 2 plans et une perte de rotation externe passive supérieure à 50% par rapport à l’épaule controlatérale ou une RE passive inférieure à 30 ° (coude au corps) ont été utilisées pour définir la capsulite rétractile (Kelley et al., 2013). Il est à noter que lorsque les douleurs sont récentes et que les amplitudes ne sont pas trop limitées, la restriction de rotation latérale coude au corps (ou en position RE1) supérieure à 50% en référence au côté sain représente un signe propre à la capsulite (D’Orsi et al., 2012; Lewis, 2015; Mitsch et al., 2004) qui serait d’ailleurs le plus reconnu par les praticiens (Hanchard et al., 2011). De même, une diminution de la rotation latérale peut être observée lorsque l’abduction du bras augmente (Srour & Nourissat, 2021).

Il est à noter que selon certains auteurs (Donatelli et al., 2014), la rotation externe devrait être testée avec différents degrés d’abduction. En effet, si la rotation externe est plus limitée à 45°, cela pourrait être corrélé à une restriction principalement liée au muscle subscapulaire ou au ligament gléno-huméral tandis qu’à 90°, la limitation proviendrait principalement de la capsule antérieure ainsi que du complexe capsulo-ligamentaire inférieur.

Finalement, il semble intéressant de noter que toutes les fins d’amplitudes sont douloureuses contrairement à d’autres pathologies (Srour & Nourissat, 2021).

À noter que le modèle capsulaire décrit par Cyriax en 1970 stipulant que la perte de mouvement de rotation externe est proportionnelle à la perte d'abduction, qui est plus limitée que la rotation interne, n'est pas systématiquement retrouvé (Kelley et al., 2013).

Finalement, l’évaluation de la posture du patient dans le plan sagittal peut être réalisé puisque si cette posture n’est pas impliquée directement dans le développement de la capsulite, elle pourrait être impliquée dans la perte d’amplitude lorsque le patient présente une attitude cyphotique (Donatelli et al., 2014).

2 - Tests spécifiques

S’il ne s’agit pas d’un test spécifique, il est à noter qu’à la palpation, une sensibilité est fréquemment retrouvée au niveau de l’insertion du deltoïde (Sumarwoto et al., 2021).

Concernant les tests spécifiques, plusieurs tests ont pu être décrits afin d’identifier une capsulite :

  • Le Shrug test : Patient assis, on demande à ce dernier de réaliser une double flexion des coudes à 90°. Ensuite, il réalise une abduction bilatérale des épaules jusqu’à 90° tout en gardant les coudes fléchis. Le test est considèré comme positif si le patient réalise une élévation de l’épaule (un shrug) afin d’atteindre les 90° d’abduction. Ce test aurait une sensibilité́ de 95% et une spécificité́ de 50%  (Jia et al., 2008)
  • Le test palpatoire (ou signe du processus coracoïde) : Patient assis, le thérapeute réalise une palpation de l’acromio claviculaire, de la région antérolatérale de l’acromion et du processus coracoïde. Dans le cas d’une douleur, le thérapeute retient la douleur enregistrée par le patient sur chaque point de palpation. Le test est considéré́ comme positif lorsque la douleur ressentie au niveau du processus coracoïde est supérieure de 3 points aux douleurs ressenties sur l’acromio claviculaire et la face antérolatérale de l’acromion (Carbone et al., 2010). Ce test aurait selon ces mêmes auteurs une sensibilité́ de 96% avec une spécificité́ de 87% ce qui en ferait selon eux un signe pathognomique (Carbone et al., 2010) même s’il serait important que d’autres études confirment ces propriétés clinimétriques.

d - Examens complémentaires :

Les résultats des tests de laboratoires sont généralement normaux mais peuvent être utiles pour identifier les conditions sous-jacentes, comme le diabète ou une maladie thyroïdienne (Date & Rahman, 2020)

Les radiographies simples de l'épaule sont généralement normales, mais peuvent aider à diagnostiquer ou à exclure d'autres conditions, telles que la tendinopathie calcifiante de la coiffe des rotateurs, l'arthrite gléno-humérale, l'arthrite acromio-claviculaire, l’ostéoporose ou même une luxation de l'épaule (Gordon et al., 2016, p. 201; Sumarwoto et al., 2021). Elle permet également de mesurer l’ascension de la tête humérale en faveur d’une rupture de coiffe comme cause alternative de la douleur de l'épaule du patient (Buchard et al., 2017; Fields et al., 2019).

Concernant l’imagerie par résonance magnétique, cette dernière pourrait être proposée aux patients présentant peu de symptômes cliniques qui pourraient avoir été mal diagnostiqués (bursite, coiffe des rotateurs, etc…) (Sumarwoto et al., 2021). À l’IRM, la capsulite ne se caractériserait que par un aspect œdémateux de l’articulation ainsi que par l’épaississement du récessus axillaire (Gokalp et al., 2011; Zhao et al., 2012). À noter qu’il n’y aurait pas de consensus quant à l’usage de l’IRM (Harris et al., 2013).

L’échographie pourrait quant à elle présenter de nombreux bénéfices (Sumarwoto et al., 2021). En effet, en plus de ces avantages habituels (faible cout, rapide à réaliser, etc…) elle permettrait au médecin de comparer les résultats de l’échographie aux résultats cliniques. Par exemple, une augmentation de l’afflux sanguin et une diminution de l’espace de l’intervalle des rotateurs sont des signes courants lors de l’évaluation d’une capsulite (Sumarwoto et al., 2021). De même, un épaississement du ligament coraco huméral, caractéristique de la capsulite peut être rencontré.

Pour finir certains signes peuvent être associés à une phase d’évolution de la capsulite. Par exemple, l’existence d’une zone hypoéchoique au niveau de l’intervalle des rotateurs couplé avec l’augmentation de la vascularisation pourrait être associé à un diagnostic précoce de capsulite (Harris et al., 2013; Walmsley et al., 2013). Un second exemple est celui avancé précédemment ou Fields et ses collaborateurs ont pu montrer une corrélation entre les observations échographiques et les différentes phases de la capsulite (Fields et al., 2019).

e - Diagnostic différentiel :

Après avoir abordé l’examen clinique de la capsulite « pure », il est important de remarquer qu’une épaule douloureuse avec une amplitude réduite est un phénomène fréquent et pas spécifique à la capsulite. Ainsi, il est essentiel de pouvoir éliminer les autres pathologies via l’examen clinique et les examens complémentaires (Sumarwoto et al., 2021).

Dans la recherche d’autres pathologies, une douleur au niveau de l’avant-bras et/ou de la main pourrait faire penser à d’autres pathologies pouvant être d’origine cervicale tandis qu’une amélioration de la rotation externe lors de l’abduction du bras élimine les probabilités qu’il s’agisse d’une capsulite (Srour & Nourissat, 2021). De même, l’apparition de douleur lors de la réalisation d’activités dites en « overhead » ne serait pas lié à une capsulite rétractile (Sumarwoto et al., 2021).

Afin de poursuivre la démarche, il est possible de s’appuyer sur les dernières synthèses proposées par Srour et Nourissat (Srour & Nourissat, 2021). Selon ces derniers, il est important d’exclure dans un premier temps les red flags. À ce sujet, Mitchells et ses collaborateurs (Mitchell et al., 2005) ont pu lister quelques drapeaux rouge en lien avec l’épaule :

  • Tumeur : antécédent de cancer, symptômes de cancer (perte de poids, douleur non liée à un stress mécanique, asthénie).
  • Infection : rougeur de la peau, fièvre.
  • Fracture : traumatisme important, douleur aigue invalidante, perte de mobilité, difformité ou perte du contour classique de l’os.
  • Lésion neurologique : déficit moteur et/ou sensoriel inexpliqué.
  • Pathologie viscérale : douleur non reproduite par la mise en charge de l’épaule, douleur et/ou symptômes accentués par l’exercice et/ou la respiration, douleur associée à des symptômes gastro-intestinaux.

Ainsi, selon McClure et Michener (McClure & Michener, 2015), il est possible d’établir quelques caractéristiques fréquemment rencontrées en fonction des pathologies qui permettront de mettre la puce à l’oreille du thérapeute :

  • Syndrome sous acromial : il se caractérise par un arc douloureux, une faiblesse musculaire (voire une atrophie), une douleur lors de la contraction isométrique et des tests d’impingement (Neer, Hawkins, Jobe’s) généralement positifs. À l’inverse, on ne retrouve généralement pas de signe d’instabilité ou une perte significative d’amplitude.
  • Instabilité : âge inférieur à 40 ans, histoire de luxation ou subluxation, tests d’appréhension et de réduction positifs, laxité généralisée. À l’inverse, en l’absence d’histoire de luxation et l’absence de positivité aux tests d’appréhension, une instabilité peut être écartée.
  • Capsulite : elle se caractérise comme dit précédemment par une douleur progressive, une perte d’amplitudes dans différents plans et notamment en rotation externe coude au corps ainsi que par de la douleur en fin d’amplitude. À l’inverse, l’absence de réduction des amplitudes ainsi qu’un âge inférieur à 40 ans diminue le risque d’être confronté à une capsulite.
  • Autres pathologies possibles : douleur post-opératoire, arthrite et/ou arthrose glénohumérale, fractures ou lésions de l’articulation acromio-claviculaire, syndrome neurogène périphérique ou douleurs myofasciales.

En revenant sur la démarche proposée par Srour & Nourissat, l’implication du rachis cervical ou de l’articulation acromio-claviculaire devrait être évaluée. Puis, une capsulite pourra être soupçonnée si l’on retrouve une diminution des mobilités et particulièrement en rotation externe coude au corps, si la douleur est présente dans toutes les fins d’amplitudes et si le test du processus coracoïde est positif.

f - Évaluation de suivi

Une fois la capsulite rétractile diagnostiquée, il sera important de détecter les différents facteurs de risques pouvant influencer négativement l’évolution du patient lors de sa rééducation :

  • Les drapeaux jaunes (facteurs de risque individuels, psychologiques, cognitifs, comportementaux),
  • Les drapeaux bleus (facteurs de risque liés à l’activité professionnelle et à sa perception sur la santé)
  • Les drapeaux noirs (facteurs de risque liés au contexte et aux obstacles (législatif, assurance…).

--> Plus le patient présente des drapeaux jaunes, bleus, noirs, plus l’évolution risque d’être difficile.

Rappelons tout de même que les drapeaux rouges et les drapeaux oranges constituent des critères d’exclusion.


Pour évaluer ces éléments, le thérapeute peut utiliser toute une série de questions clés :

  • Qu’est-ce qui selon vous a causé le problème ?
  • Que pensez-vous qu’il va vous arriver maintenant ?
  • Comment faites-vous face à votre problème ?
  • Quand pensez-vous reprendre le travail ?
  • Qu’est-ce qui pourrait être fait au travail pour améliorer la situation ?

Une fois ces drapeaux investigués, différents éléments de suivi sont importants à prendre en compte pour guider la rééducation et évaluer les effets des interventions thérapeutiques. Les lignes directrices cliniques recommandent l'utilisation de mesures objectives des déficits physiques combinées avec des scores d’auto-évaluation fonctionnels validés (Kelley et al., 2013) :

  • Les mesures de l’amplitude active et passive sont donc généralement combinées avec les résultats de la raideur de l’épaule perçue par le patient, l’intensité de la douleur et de la fonction de l’épaule  auto-déclarée (De Baets, Matheve, Dierickx, et al., 2020) : il peut être intéressant de connaître la perception du patient concernant la raideur de son épaule lors du mouvement (De Baets, Matheve, Dierickx, et al., 2020).
  • Le thérapeute peut utiliser une échelle de notation numérique à 11 points avec 0 = aucune sensation de raideur d'épaule et 10 = sensation de raideur d'épaule la plus élevée imaginable. Il peut être intéressant de demander au patient de noter sa perception de raideur de l’épaule moyenne au cours de la dernière semaine.
  • L’intensité de la douleur sera également un point essentiel du suivi du patient tout au long de la rééducation. Le thérapeute pourra utiliser l’échelle visuelle analogique (EVA) pour connaître l’intensité de la douleur moyenne du patient liée à l’épaule au cours de la dernière semaine, au repos, la nuit et lors d'activités de la vie quotidienne (De Baets, Matheve, Dierickx, et al., 2020).

Concernant les scores fonctionnels, les dernières recommandations (Kelley et al., 2013) indiquent avec un fort niveau de preuves, que les cliniciens devraient utiliser des scores validés tels que :  

  • Le DASH : questionnaire subjectif composé de 30 questions, le score va de 0 à 100 où 0 indique l'absence de douleurs et de difficultés. Disponible en français, le score clinique minimal et significatif serait compris entre 6 et 12 points (10 en moyennes). Conseillé par la HAS, il évalue la qualité de vie. On notera qu'il existe une version raccourcie, le quick DASH, qui présenterait des valeurs significatives et pourrait être plus utile dans la pratique quotidienne (Cordesse, 2014; Kelley et al., 2013) (6,7,15).
  • Le SPADI : ce score est composé de 13 items. Il s’agit d’un auto-questionnaire contenant deux domaines : 5 questions sur la douleur et 8 questions sur les incapacités liées. Le score total est de 100 et ce dernier est proportionnel à la douleur et aux difficultés rencontrées par le patient. La différence clinique minimale pour être significative est de 8 à 13 points selon les références (Breckenridge & McAuley, 2011; Kelley et al., 2013).
  • L’ASES : Encore une fois, il s’agit d’une auto-évaluation du patient allant de 0 à 100. Cette fois ci, le score est proportionnel à la fonctionnalité́ de l’épaule. 50 points sont attribués à la douleur et 50 points à la fonctionnalité́. La différence clinique minimale et significative serait de 9 points (Kelley et al., 2013).

L’utilisation de ces scores permet, s’ils sont réalisés avant et après les séances de kinésithérapie, de suivre l’évolution des limitations fonctionnelles du patient. Également les thérapeutes pourraient utiliser des scores permettant de compléter l’évaluation « psychologique » du patient et d’identifier éventuellement d’autres drapeaux jaunes. En effet, comme abordé précédemment, certains facteurs pourraient influencer négativement la douleur et le handicap perçus (De Baets, Matheve, Traxler, et al., 2020). C’est le cas par exemple :

  • Du catastrophisme qui pourrait être évalué par le score PCS (Pain Catasrophizing Scale)
  • De la kinésiophobie qui pourrait être évaluée par le score TSK (Tampa Scale of Kinesiophobia) (Tkachuk & Harris, 2012; Wheeler et al., 2019).

Une revue systématique de 2018 soulignait que des niveaux plus élevés de catastrophisme et de kinésiophobie sont associés de manière significative à une plus grande intensité de la douleur et du handicap chez les patients souffrant de l'épaule (Martinez-Calderon et al., 2018).

De manière générale, le tableau suivant reprend les différents questionnaires pouvant être utilisés dans l’évaluation de l’épaule de votre patient avec pour chaque questionnaire les facteurs mesurés.

g- Notion d'irritabilité :

Toute l’anamnèse, le bilan clinique et les scores vont permettre ensuite de définir le niveau d’irritabilité du patient afin d’orienter et de guider le traitement tout au long de la rééducation (Kelley et al., 2013; Vaillant, 2013).

Notion introduite dès les années 2000 par Maitland et d’autres thérapeutes (Kareha et al., 2021), elle désigne la capacité des tissus à tolérer le stress physique, (Mueller & Maluf, 2002) et s’appuie notamment sur l’absence de corrélation entre le diagnostic patho-anatomique et les symptômes, handicaps et limitations perçus par le patient (Kareha et al., 2021). De plus, l’irritabilité serait vraisemblablement liée à l'état physique et à l'étendue de l'activité inflammatoire présente (Kelley et al., 2013).

Afin d’optimiser l’utilisation de cette notion d’irritabilité, le « Staged Algorithm for Rehabilitation: Shoulder Disorders » aussi appelé « STAR-Shoulder » a pu être développé dans les années 2015 (McClure & Michener, 2015). Ce dernier repose sur le principe qu’un diagnostic kinésithérapique doit être basé sur la notion d’irritabilité du tissu ainsi que sur les déficiences physiques afin de compléter la classification patho anatomique. De plus, le sujet est dans la continuité avec les dernières guidelines réalisées sur le sujet (Kelley et al., 2013).

À l’usage, ce « Star-Shoulder » se caractérise par la classification des patients en trois niveaux d’irritabilité : l’irritabilité élevée, l’irritabilité moyenne et l’irritabilité basse qui répondent à des « critères précis » et qui devront être pris en charge de manière différenciée (McClure & Michener, 2015).

Ainsi, lors de chaque début de séance, le thérapeute peut poser certaines questions clés permettant de déterminer le grade d'irritabilité dans lequel se trouve le patient :

  • Quel est le niveau de douleur ? (EVA)
  • Comment est la douleur au repos et la nuit ?
  • Quelles sont les répercussions fonctionnelles
  • Est-ce que la douleur apparaît avant la fin du mouvement ou pas ?

Grâce à ces questions, le thérapeute pourra définir à quel type d’irritabilité il est confronté :

  • Le patient présentant une irritabilité élevée, est plus susceptible de rapporter une douleur constante la nuit ou au repos. Le handicap sera élevé avec des gestes rapidement limités comme lors de l’élévation du bras qui sera souvent incomplète. De même, les amplitudes de mouvements seront fréquemment plus limitées en actif qu’en passif.
  • Le patient présentant une irritabilité modérée présente quant à lui une douleur souvent intermittente : parfois il arrive à dormir sur son épaule, parfois ça le réveille :  il n’est pas constamment ennuyé par la douleur. Si la douleur le limite, il arrive globalement à effectuer le mouvement dans son entièreté.
  • Le patient dans une phase d’irritabilité faible présente généralement une douleur très faible voire absente. Il est possible d’aller plus loin dans le mouvement voire même de rajouter une légère surpression en fin d’amplitude.

La question de l’irritabilité du patient est quelque chose qui est utilisé pour la capsulite mais aussi pour d’autres pathologies de l’épaule et du corps (Kareha et al., 2021). Il est donc important d’évaluer séance après séance le niveau d'irritabilité du patient pour adapter le traitement (Kelley et al., 2013).

Concernant la clinimétrie de cette classification, des études ont pu montrer qu’elle possèderait une bonne fiabilité inter-opérateur bien que de futures études soient nécessaires à sa validation définitive (Kareha et al., 2021)

Dans la continuité de cette notion d’irritabilité, il sera important de déterminer à quel moment un patient passe d’une phase d’irritabilité à l’autre ? Afin de répondre à cette question, il est possible de déterminer certains éléments sur lesquels se baser. Ceci est d’autant plus important que ce changement dans le niveau d’irritabilité déterminera les adaptations à réaliser dans le traitement.

Parmi les éléments démontrant une diminution de l’irritabilité, on retrouve :

  • Une amélioration du sommeil et de la douleur la nuit. C’est le cas par exemple d’un patient, anciennement en phase de haute irritabilité, témoignant qu’il arrive depuis peu à dormir petit à petit sur son épaule.
  • Un changement de sensation dans la limitation du mouvement. C’est le cas par exemple d’un patient qui, anciennement en phase de haute irritabilité, ressentait une douleur aigue, une sensation de brulure et de lourdeur de l’épaule lorsqu’il bougeait l’épaule alors qu’il ressent depuis une diminution de ces symptômes et que le blocage se fait ressentir sans trop de douleur.

Il est à noter que bien souvent, après la première séance de kinésithérapie, les patients ressentent une amélioration tandis que durant les séances suivantes, ils peuvent avoir l’impression que ça n’évolue plus. Cela est lié à une évolution présentant des phases de plateau, avec des améliorations par paliers (Binder et al., 1984). Il faut bien évidemment les prévenir qu’il est normal que cela prenne du temps.
Finalement, il peut être important de garder en tête que la sensibilisation centrale (SC), définie comme une "amplification de la signalisation neuronale au sein du système nerveux central (SNC) provoquant une hypersensibilité à la douleur" (Woolf, 2011), peut jouer un rôle dans l'apparition de la douleur chez le patient souffrant d’une capsulite rétractile. D’ailleurs, le modèle d’irritabilité pourrait ne pas être adapté aux patients présentant une sensibilisation centrale (McClure & Michener, 2015).

Le thérapeute soupçonnant une douleur d’origine centrale adaptera son traitement pour réduire l’irritabilité du patient et la peur du mouvement (Sawyer et al., 2018). L’éducation aux neurosciences de la douleur peut être une approche intéressante chez ces patients. Le thérapeute peut par exemple inviter le patient à consulter le site “retrain pain” qui permet d’expliquer de manière simplifiée les différents mécanismes de la douleur.


Vidéo résumé du diagnostic de la capsulite rétractile

Bibliographie

Abd Elhamed, H. B., Koura, G. M., Hamada, H. A., Mohamed, Y. E., & Abbas, R. (2018). Effect of strengthening lower trapezius muscle on scapular tipping in patients with diabetic frozen shoulder: A randomized controlled study. Biomedical Research, 29(3). https://doi.org/10.4066/biomedicalresearch.29-17-2367

Abrassart, S., Kolo, F., Piotton, S., Chih-Hao Chiu, J., Stirling, P., Hoffmeyer, P., & Lädermann, A. (2020). ‘Frozen shoulder’ is ill-defined. How can it be described better? EFORT Open Reviews, 5(5), 273–279. https://doi.org/10.1302/2058-5241.5.190032

Ahn, J. H., Lee, D.-H., Kang, H., Lee, M. Y., Kang, D. R., & Yoon, S.-H. (2018). Early Intra-articular Corticosteroid Injection Improves Pain and Function in Adhesive Capsulitis of the Shoulder: 1-Year Retrospective Longitudinal Study. PM & R: The Journal of Injury, Function, and Rehabilitation, 10(1), 19–27. https://doi.org/10.1016/j.pmrj.2017.06.004

Aïm, F., Chevallier, R., Marion, B., Klouche, S., Bastard, C., & Bauer, T. (2022). Facteurs de risques psychologiques de survenue d’une épaule gelée après réparation de la coiffe. Revue de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, S1877051722000193. https://doi.org/10.1016/j.rcot.2022.01.014

Akbar, M., McLean, M., Garcia-Melchor, E., Crowe, L. A., McMillan, P., Fazzi, U. G., Martin, D., Arthur, A., Reilly, J. H., McInnes, I. B., & Millar, N. L. (2019). Fibroblast activation and inflammation in frozen shoulder. PLOS ONE, 14(4), e0215301. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0215301

Akbaş, E., Güneri̇, S., Taş, S., Erdem, E. U., & Yüksel, İ. (2015). The effects of additional proprioceptive neuromuscular facilitation over conventional therapy in patients with adhesive capsulitis. Türk Fizyoterapi ve Rehabilitasyon Dergisi/Turkish Journal of Physiotherapy and Rehabilitation, 26(2), 12. https://doi.org/10.7603/s40680-015-0012-6

Akhtar, A., Richards, J., & Monga, P. (2021). The biomechanics of the rotator cuff in health and disease – A narrative review. Journal of Clinical Orthopaedics and Trauma, 18, 150–156. https://doi.org/10.1016/j.jcot.2021.04.019

Andersson, G., Backman, L. J., Scott, A., Lorentzon, R., Forsgren, S., & Danielson, P. (2011). Substance P accelerates hypercellularity and angiogenesis in tendon tissue and enhances paratendinitis in response to Achilles tendon overuse in a tendinopathy model. British Journal of Sports Medicine, 45(13), 1017–1022. https://doi.org/10.1136/bjsm.2010.082750

Andrés Rossi, L., & Ranalletta, M. (2019). Current Concepts in the Treatment of adhesive capsulitis of the Shoulder. International Journal of Medical Science and Clinical Invention, 6(03), 4354–4357. https://doi.org/10.18535/ijmsci/v6i3.01

Arjun, M. V., & Rajaseker, S. (2021). Association between subscapularis trigger point and frozen shoulder: A cross sectional study. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 28, 406–410. https://doi.org/10.1016/j.jbmt.2021.06.025

Arlotta, M., LoVasco, G., & McLean, L. (2011). Selective recruitment of the lower fibers of the trapezius muscle. Journal of Electromyography and Kinesiology, 21(3), 403–410. https://doi.org/10.1016/j.jelekin.2010.11.006

Backman, L. J., Andersson, G., Wennstig, G., Forsgren, S., & Danielson, P. (2011). Endogenous substance P production in the Achilles tendon increases with loading in an in vivo model of tendinopathy-peptidergic elevation preceding tendinosis-like tissue changes. Journal of Musculoskeletal & Neuronal Interactions, 11(2), 133–140.

Bain, G. I., Itoi, E., Di Giacomo, G., Sugaya, H., & Springer-Verlag GmbH. (2017). Normal and Pathological Anatomy of the Shoulder.

Balasch-Bernat, M., Dueñas, L., Aguilar-Rodríguez, M., Falla, D., Schneebeli, A., Navarro-Bosch, M., Lluch, E., & Barbero, M. (2021). The Spatial Extent of Pain Is Associated with Pain Intensity, Catastrophizing and Some Measures of Central Sensitization in People with Frozen Shoulder. Journal of Clinical Medicine, 11(1), 154. https://doi.org/10.3390/jcm11010154

Balcı, N. C., Yuruk, Z. O., Zeybek, A., Gulsen, M., & Tekindal, M. A. (2016). Acute effect of scapular proprioceptive neuromuscular facilitation (PNF) techniques and classic exercises in adhesive capsulitis: A randomized controlled trial. Journal of Physical Therapy Science, 28(4), 1219–1227. https://doi.org/10.1589/jpts.28.1219

Başkaya, M. Ç., Erçalık, C., Karataş Kır, Ö., Erçalık, T., & Tuncer, T. (2018). The efficacy of mirror therapy in patients with adhesive capsulitis: A randomized, prospective, controlled study. Journal of Back and Musculoskeletal Rehabilitation, 31(6), 1177–1182. https://doi.org/10.3233/BMR-171050

Baslund, B., Thomsen, B. S., & Jensen, E. M. (1990). Frozen Shoulder: Current Concepts. Scandinavian Journal of Rheumatology, 19(5), 321–325. https://doi.org/10.3109/03009749009096786

Ben-Arie, E., Kao, P.-Y., Lee, Y.-C., Ho, W.-C., Chou, L.-W., & Liu, H.-P. (2020). The Effectiveness of Acupuncture in the Treatment of Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-Analysis. Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, 2020, 1–14. https://doi.org/10.1155/2020/9790470

Binder, A. I., Bulgen, D. Y., Hazleman, B. L., & Roberts, S. (1984). Frozen shoulder: A long-term prospective study. Annals of the Rheumatic Diseases, 43(3), 361–364.

Blonna, D., Fissore, F., Bellato, E., La Malfa, M., Calò, M., Bonasia, D. E., Rossi, R., & Castoldi, F. (2017). Subclinical hypothyroidism and diabetes as risk factors for postoperative stiff shoulder. Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy: Official Journal of the ESSKA, 25(7), 2208–2216. https://doi.org/10.1007/s00167-015-3906-z

Booker, S. J., Boyd, M., Gallacher, S., Evans, J. P., Auckland, C., Kitson, J., Thomas, W., & Smith, C. D. (2017). The colonisation of the glenohumeral joint by Propionibacterium acnes is not associated with frozen shoulder but is more likely to occur after an injection into the joint. The Bone & Joint Journal, 99-B(8), 1067–1072. https://doi.org/10.1302/0301-620X.99B8.BJJ-2016-1168.R2

Breckenridge, J. D., & McAuley, J. H. (2011). Shoulder Pain and Disability Index (SPADI). Journal of Physiotherapy, 57(3), 197. https://doi.org/10.1016/S1836-9553(11)70045-5

Buchard, P.-A., Burrus, C., Luthi, F., Theumann, N., Riand, N., & Konzelmann, M. (2017). [Adhesive capsulitis of the shoulder: Update 2017]. Revue Medicale Suisse, 13(577), 1704–1709.

Carbone, S., Gumina, S., Vestri, A. R., & Postacchini, R. (2010). Coracoid pain test: A new clinical sign of shoulder adhesive capsulitis. International Orthopaedics, 34(3), 385–388. https://doi.org/10.1007/s00264-009-0791-4

Çelik, D., & Kaya Mutlu, E. (2016). Does adding mobilization to stretching improve outcomes for people with frozen shoulder? A randomized controlled clinical trial. Clinical Rehabilitation, 30(8), 786–794. https://doi.org/10.1177/0269215515597294

Challoumas, D., Biddle, M., McLean, M., & Millar, N. L. (2020). Comparison of Treatments for Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA Network Open, 3(12), e2029581.

Chan, H., Pua, P., & How, C. (2017). Physical therapy in the management of frozen shoulder. Singapore Medical Journal, 58(12), 685–689. https://doi.org/10.11622/smedj.2017107

Chen, C.-Y., Hu, C.-C., Weng, P.-W., Huang, Y.-M., Chiang, C.-J., Chen, C.-H., Tsuang, Y.-H., Yang, R.-S., Sun, J.-S., & Cheng, C.-K. (2014). Extracorporeal shockwave therapy improves short-term functional outcomes of shoulder adhesive capsulitis. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 23(12), 1843–1851. https://doi.org/10.1016/j.jse.2014.08.010

Cher, J. Z. B., Akbar, M., Kitson, S., Crowe, L. A. N., Garcia-Melchor, E., Hannah, S. C., McLean, M., Fazzi, U. G., Kerr, S. C., Murrell, G. A. C., & Millar, N. L. (2018). Alarmins in Frozen Shoulder: A Molecular Association Between Inflammation and Pain. The American Journal of Sports Medicine, 46(3), 671–678. https://doi.org/10.1177/0363546517741127

Cho, C.-H., Bae, K.-C., & Kim, D.-H. (2019). Treatment Strategy for Frozen Shoulder. Clinics in Orthopedic Surgery, 11(3), 249. https://doi.org/10.4055/cios.2019.11.3.249

Cho, C.-H., Song, K.-S., Kim, B.-S., Kim, D. H., & Lho, Y.-M. (2018). Biological Aspect of Pathophysiology for Frozen Shoulder. BioMed Research International, 2018, 1–8. https://doi.org/10.1155/2018/7274517

Çınar, M., Akpınar, S., Derincek, A., Circi, E., & Uysal, M. (2010). Comparison of arthroscopic capsular release in diabetic and idiopathic frozen shoulder patients. Archives of Orthopaedic and Trauma Surgery, 130(3), 401–406. https://doi.org/10.1007/s00402-009-0900-2

Clewley, D., Flynn, T. W., & Koppenhaver, S. (2014). Trigger Point Dry Needling as an Adjunct Treatment for a Patient With Adhesive Capsulitis of the Shoulder. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 44(2), 92–101. https://doi.org/10.2519/jospt.2014.4915

Cools, A. (2020). Shoulder Rehabilitation: A Practical Guide for the Clinician (Skribis).

Cordesse, G. (2014). Le questionnaire DASH (Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand), un outil pour le bilan de l’épaule ? Kinésithérapie, La Revue, 14(149), 17–20. https://doi.org/10.1016/j.kine.2014.01.011

Cucchi, D., Marmotti, A., De Giorgi, S., Costa, A., D’Apolito, R., Conca, M., Russo, A., Saccomanno, M. F., de Girolamo, L., & SIGASCOT Research Committee. (2017). Risk Factors for Shoulder Stiffness: Current Concepts. Joints, 5(4), 217–223. https://doi.org/10.1055/s-0037-1608951

Date, A., & Rahman, L. (2020). Frozen shoulder: Overview of clinical presentation and review of the current evidence base for management strategies. Future Science OA, 6(10), FSO647. https://doi.org/10.2144/fsoa-2020-0145

De Baets, L., Matheve, T., Dierickx, C., Bijnens, E., Jans, D., & Timmermans, A. (2020). Are clinical outcomes of frozen shoulder linked to pain, structural factors or pain-related cognitions? An explorative cohort study. Musculoskeletal Science and Practice, 50, 102270. https://doi.org/10.1016/j.msksp.2020.102270

De Baets, L., Matheve, T., Traxler, J., Vlaeyen, J., & Timmermans, A. (2020). Pain-related beliefs are associated with arm function in persons with frozen shoulder. Shoulder & Elbow, 12(6), 432–440. https://doi.org/10.1177/1758573220921561

de la Serna, D., Navarro-Ledesma, S., Alayón, F., López, E., & Pruimboom, L. (2021). A Comprehensive View of Frozen Shoulder: A Mystery Syndrome. Frontiers in Medicine, 8, 663703. https://doi.org/10.3389/fmed.2021.663703

Delmares, É. (2016). Rétractions capsulaires d’épaule: Mécanismes et propositions de traitement. Kinésithérapie, La Revue, 16(171), 48–53. https://doi.org/10.1016/j.kine.2015.12.011

Demyttenaere, J., Martyn, O., & Delaney, R. (2022). The Impact of the COVID-19 Pandemic on Frozen Shoulder Incidence Rates & Severity. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, S1058274622002191. https://doi.org/10.1016/j.jse.2022.01.123

Diercks, R. L., & Stevens, M. (2004). Gentle thawing of the frozen shoulder: A prospective study of supervised neglect versus intensive physical therapy in seventy-seven patients with frozen shoulder syndrome followed up for two years. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 13(5), 499–502. https://doi.org/10.1016/j.jse.2004.03.002

Donatelli, R., Ruivo, R. M., Thurner, M., & Ibrahim, M. I. (2014). New concepts in restoring shoulder elevation in a stiff and painful shoulder patient. Physical Therapy in Sport: Official Journal of the Association of Chartered Physiotherapists in Sports Medicine, 15(1), 3–14. https://doi.org/10.1016/j.ptsp.2013.11.001

Doner, G., Guven, Z., Atalay, A., & Celiker, R. (2013). Evalution of Mulliganâ€TMs technique for adhesive capsulitis of the shoulder. Journal of Rehabilitation Medicine, 45(1), 87–91. https://doi.org/10.2340/16501977-1064

D’Orsi, G. M., Via, A. G., Frizziero, A., & Oliva, F. (2012). Treatment of adhesive capsulitis: A review. Muscles, Ligaments and Tendons Journal, 2(2), 70–78.

Dueñas, L., Balasch-Bernat, M., Aguilar-Rodríguez, M., Struyf, F., Meeus, M., & Lluch, E. (2019). A Manual Therapy and Home Stretching Program in Patients With Primary Frozen Shoulder Contracture Syndrome: A Case Series. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 49(3), 192–201. https://doi.org/10.2519/jospt.2019.8194

Duzgun, I., Turgut, E., Eraslan, L., Elbasan, B., Oskay, D., & Atay, O. A. (2019). Which method for frozen shoulder mobilization: Manual posterior capsule stretching or scapular mobilization? Journal of Musculoskeletal & Neuronal Interactions, 19(3), 311–316.

Dyer, B. P., Burton, C., Rathod-Mistry, T., Blagojevic-Bucknall, M., & van der Windt, D. A. (2021). Diabetes as a Prognostic Factor in Frozen Shoulder: A Systematic Review. Archives of Rehabilitation Research and Clinical Translation, 3(3), 100141. https://doi.org/10.1016/j.arrct.2021.100141

Ebrahimzadeh, M., Moradi, A., Bidgoli, H., & Zarei, B. (2019). The relationship between depression or anxiety symptoms and objective and subjective symptoms of patients with frozen shoulder. International Journal of Preventive Medicine, 10(1), 38. https://doi.org/10.4103/ijpvm.IJPVM_212_17

Fields, B. K. K., Skalski, M. R., Patel, D. B., White, E. A., Tomasian, A., Gross, J. S., & Matcuk, G. R. (2019). Adhesive capsulitis: Review of imaging findings, pathophysiology, clinical presentation, and treatment options. Skeletal Radiology, 48(8), 1171–1184. https://doi.org/10.1007/s00256-018-3139-6

Freddy M. Kaltenborn. (2006). Manual Mobijization of the Joints—The Kaltenborn method of Joint Examination and treatment (Vols. 1-The extremities). Norli.

Georgiannos, D., Markopoulos, G., Devetzi, E., & Bisbinas, I. (2017). Adhesive Capsulitis of the Shoulder. Is there Consensus Regarding the Treatment? A Comprehensive Review. The Open Orthopaedics Journal, 11(1), 65–76. https://doi.org/10.2174/1874325001711010065

Gleyze, P., Clavert, P., Flurin, P.-H., Laprelle, E., Katz, D., Toussaint, B., Benkalfate, T., Charousset, C., Joudet, T., Georges, T., Hubert, L., Lafosse, L., Hardy, P., Solignac, N., & Lévigne, C. (2011). Management of the stiff shoulder. A prospective multicenter comparative study of the six main techniques in use: 235 cases. Orthopaedics & Traumatology: Surgery & Research, 97(8), S167–S181. https://doi.org/10.1016/j.otsr.2011.09.004

Gokalp, G., Algin, O., Yildirim, N., & Yazici, Z. (2011). Adhesive capsulitis: Contrast-enhanced shoulder MRI findings: Adhesive capsulitis: MRI. Journal of Medical Imaging and Radiation Oncology, 55(2), 119–125. https://doi.org/10.1111/j.1754-9485.2010.02215.x

Gordon, J. A., Breitbart, E., Austin, D. C., Photopoulos, C. D., & Kelly, J. D. (2016). Adhesive Capsulitis: Diagnosis, Etiology, and Treatment Strategies. In J. D. Kelly IV (Ed.), Elite Techniques in Shoulder Arthroscopy(pp. 149–168). Springer International Publishing. https://doi.org/10.1007/978-3-319-25103-5_14

Gordon, J. A., Farooqi, A. S., Rabut, E., Huffman, G. R., Schug, J., Kelly, J. D., & Dodge, G. R. (2022). Evaluating whole-genome expression differences in idiopathic and diabetic adhesive capsulitis. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 31(1), e1–e13. https://doi.org/10.1016/j.jse.2021.06.016

Grant, J. A., Schroeder, N., Miller, B. S., & Carpenter, J. E. (2013). Comparison of manipulation and arthroscopic capsular release for adhesive capsulitis: A systematic review. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 22(8), 1135–1145. https://doi.org/10.1016/j.jse.2013.01.010

Gurudut, P., & Godse, A. N. (2022). Effectiveness of graded motor imagery in subjects with frozen shoulder: A pilot randomized controlled trial. The Korean Journal of Pain, 35(2), 152–159. https://doi.org/10.3344/kjp.2022.35.2.152

Gutiérrez Espinoza, H. J., Pavez, F., Guajardo, C., & Acosta, M. (2015). Glenohumeral posterior mobilization versus conventional physiotherapy for primary adhesive capsulitis: A randomized clinical trial. Medwave, 15(8), e6267. https://doi.org/10.5867/medwave.2015.08.6267

Hagiwara, Y., Ando, A., Kanazawa, K., Koide, M., Sekiguchi, T., Hamada, J., & Itoi, E. (2018). Arthroscopic Coracohumeral Ligament Release for Patients With Frozen Shoulder. Arthroscopy Techniques, 7(1), e1–e5. https://doi.org/10.1016/j.eats.2017.07.027

Hanchard, N. C. A., Goodchild, L., Thompson, J., O’Brien, T., Davison, D., & Richardson, C. (2011). A questionnaire survey of UK physiotherapists on the diagnosis and management of contracted (frozen) shoulder. Physiotherapy, 97(2), 115–125. https://doi.org/10.1016/j.physio.2010.08.012

63.  Hand, G. C. R., Athanasou, N. A., Matthews, T., & Carr, A. J. (2007). The pathology of frozen shoulder. The Journal of Bone and Joint Surgery. British Volume, 89(7), 928–932. https://doi.org/10.1302/0301-620X.89B7.19097

Hani Zreik, N., Malik, R. A., & Charalambous, C. C. (2019). Adhesive capsulitis of the shoulder and diabetes: A meta-analysis of prevalence. Muscle Ligaments and Tendons Journal, 06(01), 26. https://doi.org/10.32098/mltj.01.2016.04

Harris, G., Bou-Haidar, P., & Harris, C. (2013). Adhesive capsulitis: Review of imaging and treatment: Adhesive capsulitis: review of imaging and treatment. Journal of Medical Imaging and Radiation Oncology, 57(6), 633–643. https://doi.org/10.1111/1754-9485.12111

Harryman, D. T., Sidles, J. A., Harris, S. L., & Matsen, F. A. (1992). The role of the rotator interval capsule in passive motion and stability of the shoulder. The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume, 74(1), 53–66.

Hettrich, C. M., DiCarlo, E. F., Faryniarz, D., Vadasdi, K. B., Williams, R., & Hannafin, J. A. (2016). The effect of myofibroblasts and corticosteroid injections in adhesive capsulitis. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 25(8), 1274–1279. https://doi.org/10.1016/j.jse.2016.01.012

Hollmann, L., Halaki, M., Kamper, S. J., Haber, M., & Ginn, K. A. (2018). Does muscle guarding play a role in range of motion loss in patients with frozen shoulder? Musculoskeletal Science and Practice, 37, 64–68. https://doi.org/10.1016/j.msksp.2018.07.001

Hussein, A. Z., & Donatelli, R. A. (2016). The efficacy of radial extracorporeal shockwave therapy in shoulder adhesive capsulitis: A prospective, randomised, double-blind, placebo-controlled, clinical study. European Journal of Physiotherapy, 18(1), 63–76. https://doi.org/10.3109/21679169.2015.1119887

Ibrahim, M., Donatelli, R., Hellman, M., & Echternach, J. (2014). Efficacy of a static progressive stretch device as an adjunct to physical therapy in treating adhesive capsulitis of the shoulder: A prospective, randomised study. Physiotherapy, 100(3), 228–234. https://doi.org/10.1016/j.physio.2013.08.006

Jain, M., Tripathy, P. R., Manik, R., Tripathy, S., Behera, B., & Barman, A. (2020). Short term effect of yoga asana—An adjunct therapy to conventional treatment in frozen shoulder. Journal of Ayurveda and Integrative Medicine,11(2), 101–105. https://doi.org/10.1016/j.jaim.2018.12.007

Jain, T. K., & Sharma, N. K. (2014). The effectiveness of physiotherapeutic interventions in treatment of frozen shoulder/adhesive capsulitis: A systematic review. Journal of Back and Musculoskeletal Rehabilitation, 27(3), 247–273. https://doi.org/10.3233/BMR-130443

Jia, X., Ji, J.-H., Petersen, S. A., Keefer, J., & McFarland, E. G. (2008). Clinical Evaluation of the Shoulder Shrug Sign. Clinical Orthopaedics & Related Research, 466(11), 2813–2819. https://doi.org/10.1007/s11999-008-0331-3

Jublanc, C., Beaudeux, J. L., Aubart, F., Raphael, M., Chadarevian, R., Chapman, M. J., Bonnefont-Rousselot, D., & Bruckert, E. (2011). Serum levels of adhesion molecules ICAM-1 and VCAM-1 and tissue inhibitor of metalloproteinases, TIMP-1, are elevated in patients with autoimmune thyroid disorders: Relevance to vascular inflammation. Nutrition, Metabolism, and Cardiovascular Diseases: NMCD, 21(10), 817–822. https://doi.org/10.1016/j.numecd.2010.02.023

Kalia, V., Mani, S., & Kumar, S. P. (2021). Short-term effect of myofascial trigger point dry-needling in patients with Adhesive Capsulitis. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 25, 146–150. https://doi.org/10.1016/j.jbmt.2020.10.014

Kareha, S. M., McClure, P. W., & Fernandez-Fernandez, A. (2021). Reliability and Concurrent Validity of Shoulder Tissue Irritability Classification. Physical Therapy, 101(3), pzab022. https://doi.org/10.1093/ptj/pzab022

Kelley, M. J., Shaffer, M. A., Kuhn, J. E., Michener, L. A., Seitz, A. L., Uhl, T. L., Godges, J. J., & McClure, P. W. (2013). Shoulder pain and mobility deficits: Adhesive capsulitis. The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy, 43(5), A1-31. https://doi.org/10.2519/jospt.2013.0302

Khan, M. (2015). Comparison for Efficacy of General Exercises with and without Mobilization Therapy for the Management of Adhesive Capsulitis of Shoulder- An Intervational Study. Pakistan Journal of Medical Sciences, 31(6). https://doi.org/10.12669/pjms.316.7909

Kim, D. H., Kim, Y. S., Kim, B.-S., Sung, D. H., Song, K.-S., & Cho, C.-H. (2020). Is frozen shoulder completely resolved at 2 years after the onset of disease? Journal of Orthopaedic Science, 25(2), 224–228. https://doi.org/10.1016/j.jos.2019.03.011

Kim, W.-M., Seo, Y.-G., Park, Y.-J., Cho, H.-S., Lee, S.-A., Jeon, S.-J., & Ji, S.-M. (2021). Effects of Different Types of Contraction Exercises on Shoulder Function and Muscle Strength in Patients with Adhesive Capsulitis. International Journal of Environmental Research and Public Health, 18(24), 13078. https://doi.org/10.3390/ijerph182413078

Kim, Y.-S., Kim, J.-M., Lee, Y.-G., Hong, O.-K., Kwon, H.-S., & Ji, J.-H. (2013). Intercellular adhesion molecule-1 (ICAM-1, CD54) is increased in adhesive capsulitis. The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume,95(4), e181-188. https://doi.org/10.2106/JBJS.K.00525

Kingston, K., Curry, E. J., Galvin, J. W., & Li, X. (2018). Shoulder adhesive capsulitis: Epidemiology and predictors of surgery. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 27(8), 1437–1443. https://doi.org/10.1016/j.jse.2018.04.004

Koh, P. S., Seo, B. K., Cho, N. S., Park, H. S., Park, D. S., & Baek, Y. H. (2013). Clinical effectiveness of bee venom acupuncture and physiotherapy in the treatment of adhesive capsulitis: A randomized controlled trial. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 22(8), 1053–1062. https://doi.org/10.1016/j.jse.2012.10.045

Köhler, C. A., Freitas, T. H., Maes, M., de Andrade, N. Q., Liu, C. S., Fernandes, B. S., Stubbs, B., Solmi, M., Veronese, N., Herrmann, N., Raison, C. L., Miller, B. J., Lanctôt, K. L., & Carvalho, A. F. (2017). Peripheral cytokine and chemokine alterations in depression: A meta-analysis of 82 studies. Acta Psychiatrica Scandinavica, 135(5), 373–387. https://doi.org/10.1111/acps.12698

Kouser, F., Sajjad, A. G., Amanat, S., & Mehmood, Q. (2017). Effectiveness of Kaltenborn mobilization in mid-range and end-range in patients with adhesive capsulitis. Rawal Medical Journal, 42(4), 559–562.

Kraal, T., Beimers, L., The, B., Sierevelt, I., van den Bekerom, M., & Eygendaal, D. (2019). Manipulation under anaesthesia for frozen shoulders: Outdated technique or well-established quick fix? EFORT Open Reviews, 4(3), 98–109. https://doi.org/10.1302/2058-5241.4.180044

Kraal, T., Lübbers, J., van den Bekerom, M. P. J., Alessie, J., van Kooyk, Y., Eygendaal, D., & Koorevaar, R. C. T. (2020). The puzzling pathophysiology of frozen shoulders – a scoping review. Journal of Experimental Orthopaedics, 7. https://doi.org/10.1186/s40634-020-00307-w

Lädermann, A., Piotton, S., Abrassart, S., Mazzolari, A., Ibrahim, M., & Stirling, P. (2021). Hydrodilatation with corticosteroids is the most effective conservative management for frozen shoulder. Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy, 29(8), 2553–2563. https://doi.org/10.1007/s00167-020-06390-x

Laubscher, & Rösch. (2009). Frozen shoulder: A review.

Le Corroller, T., Cohen, M., Aswad, R., & Champsaur, P. (2007). L’intervalle des rotateurs: Des lésions cachées ? Journal de Radiologie, 88(11, Part 1), 1669–1677. https://doi.org/10.1016/S0221-0363(07)74045-3

Le, H. V., Lee, S. J., Nazarian, A., & Rodriguez, E. K. (2017). Adhesive capsulitis of the shoulder: Review of pathophysiology and current clinical treatments. Shoulder & Elbow, 9(2), 75–84. https://doi.org/10.1177/1758573216676786

León-Latre, M., Moreno-Franco, B., Andrés-Esteban, E. M., Ledesma, M., Laclaustra, M., Alcalde, V., Peñalvo, J. L., Ordovás, J. M., & Casasnovas, J. A. (2014). Sedentary Lifestyle and Its Relation to Cardiovascular Risk Factors, Insulin Resistance and Inflammatory Profile. Revista Española de Cardiología (English Edition), 67(6), 449–455. https://doi.org/10.1016/j.rec.2013.10.015

Lewis, J. (2015). Frozen shoulder contracture syndrome—Aetiology, diagnosis and management. Manual Therapy, 20(1), 2–9. https://doi.org/10.1016/j.math.2014.07.006

Lho, Y.-M., Ha, E., Cho, C.-H., Song, K.-S., Min, B.-W., Bae, K.-C., Lee, K.-J., Hwang, I., & Park, H.-B. (2013). Inflammatory cytokines are overexpressed in the subacromial bursa of frozen shoulder. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 22(5), 666–672. https://doi.org/10.1016/j.jse.2012.06.014

Lorbach, O., Anagnostakos, K., Scherf, C., Seil, R., Kohn, D., & Pape, D. (2010). Nonoperative management of adhesive capsulitis of the shoulder: Oral cortisone application versus intra-articular cortisone injections. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 19(2), 172–179. https://doi.org/10.1016/j.jse.2009.06.013

Lubis, A. M. T., & Lubis, V. K. (2013). Matrix metalloproteinase, tissue inhibitor of metalloproteinase and transforming growth factor-beta 1 in frozen shoulder, and their changes as response to intensive stretching and supervised neglect exercise. Journal of Orthopaedic Science: Official Journal of the Japanese Orthopaedic Association, 18(4), 519–527. https://doi.org/10.1007/s00776-013-0387-0

Ma, S.-Y., Je, H. D., Jeong, J. H., Kim, H.-Y., & Kim, H.-D. (2013). Effects of Whole-Body Cryotherapy in the Management of Adhesive Capsulitis of the Shoulder. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 94(1), 9–16. https://doi.org/10.1016/j.apmr.2012.07.013

Manske, R. C., & Prohaska, D. (2010). Clinical Commentary and Literature Review: Diagnosis, Conservative and Surgical Management of Adhesive Capsulitis. Shoulder & Elbow, 2(4), 238–254. https://doi.org/10.1111/j.1758-5740.2010.00095.x

Mao, B., Peng, R., Zhang, Z., Zhang, K., Li, J., & Fu, W. (2022). The Effect of Intra-articular Injection of Hyaluronic Acid in Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-analysis of Randomized Controlled Trials. Journal of Orthopaedic Surgery and Research, 17(1), 128. https://doi.org/10.1186/s13018-022-03017-4

Marc, T., Morana, C., Gaudin, T., & Teissier, J. (2016). Traitement des capsulites rétractiles par thérapie manuelle: Résultats à 3ans. Kinésithérapie, La Revue, 16(171), 54–62. https://doi.org/10.1016/j.kine.2015.12.012

Martinez-Calderon, J., Struyf, F., Meeus, M., & Luque-Suarez, A. (2018). The association between pain beliefs and pain intensity and/or disability in people with shoulder pain: A systematic review. Musculoskeletal Science & Practice, 37, 29–57. https://doi.org/10.1016/j.msksp.2018.06.010

McClure, P. W., & Michener, L. A. (2015). Staged Approach for Rehabilitation Classification: Shoulder Disorders (STAR-Shoulder). Physical Therapy, 95(5), 791–800. https://doi.org/10.2522/ptj.20140156

Mertens, M. G., Meert, L., Struyf, F., Schwank, A., & Meeus, M. (2021). Exercise Therapy is Effective for Improvement in Range of Motion, Function, and Pain in Patients With Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-analysis. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, S0003999321013666. https://doi.org/10.1016/j.apmr.2021.07.806

Mertens, M. G., Meeus, M., Verborgt, O., Vermeulen, E. H. M., Schuitemaker, R., Hekman, K. M. C., van der Burg, D. H., & Struyf, F. (2022). An overview of effective and potential new conservative interventions in patients with frozen shoulder. Rheumatology International, 42(6), 925–936. https://doi.org/10.1007/s00296-021-04979-0

Minns Lowe, C., Barrett, E., McCreesh, K., de Búrca, N., & Lewis, J. (2019). Clinical effectiveness of non-surgical interventions for primary frozen shoulder: A systematic review. Journal of Rehabilitation Medicine, 0. https://doi.org/10.2340/16501977-2578

Mitchell, C., Adebajo, A., Hay, E., & Carr, A. (2005). Shoulder pain: Diagnosis and management in primary care. BMJ, 331(7525), 1124–1128. https://doi.org/10.1136/bmj.331.7525.1124

Mitsch, J., Casey, J., McKinnis, R., Kegerreis, S., & Stikeleather, J. (2004). Investigation of a Consistent Pattern of Motion Restriction in Patients with Adhesive Capsulitis. Journal of Manual & Manipulative Therapy,12(3), 153–159. https://doi.org/10.1179/106698104790825257

Mueller, M. J., & Maluf, K. S. (2002). Tissue adaptation to physical stress: A proposed “Physical Stress Theory” to guide physical therapist practice, education, and research. Physical Therapy, 82(4), 383–403.

Mulligan, E. P., Brunette, M., Shirley, Z., & Khazzam, M. (2015). Sleep quality and nocturnal pain in patients with shoulder disorders. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 24(9), 1452–1457. https://doi.org/10.1016/j.jse.2015.02.013

Nakandala, P., Nanayakkara, I., Wadugodapitiya, S., & Gawarammana, I. (2021). The efficacy of physiotherapy interventions in the treatment of adhesive capsulitis: A systematic review. Journal of Back and Musculoskeletal Rehabilitation, 34(2), 195–205. https://doi.org/10.3233/BMR-200186

Neviaser, A. S., & Hannafin, J. A. (2010). Adhesive capsulitis: A review of current treatment. The American Journal of Sports Medicine, 38(11), 2346–2356. https://doi.org/10.1177/0363546509348048

Noten, S., Meeus, M., Stassijns, G., Van Glabbeek, F., Verborgt, O., & Struyf, F. (2016). Efficacy of Different Types of Mobilization Techniques in Patients With Primary Adhesive Capsulitis of the Shoulder: A Systematic Review. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 97(5), 815–825. https://doi.org/10.1016/j.apmr.2015.07.025

Ozaki, J., Nakagawa, Y., Sakurai, G., & Tamai, S. (1989). Recalcitrant chronic adhesive capsulitis of the shoulder. Role of contracture of the coracohumeral ligament and rotator interval in pathogenesis and treatment. The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume, 71(10), 1511–1515.

Page, M. J., Green, S., Kramer, S., Johnston, R. V., McBain, B., & Buchbinder, R. (2014). Electrotherapy modalities for adhesive capsulitis (frozen shoulder). Cochrane Database of Systematic Reviews. https://doi.org/10.1002/14651858.CD011324

Page, M. J., Green, S., Kramer, S., Johnston, R. V., McBain, B., Chau, M., & Buchbinder, R. (2014). Manual therapy and exercise for adhesive capsulitis (frozen shoulder). Cochrane Database of Systematic Reviews. https://doi.org/10.1002/14651858.CD011275

Pallot, A., & Morichon, A. (2013). Supra-épineux 2.0, de son intégrité à sa rupture: Le Pathologique. Mise à jour factuelle des données. Kinésithérapie, La Revue, 13(144), 27–32. https://doi.org/10.1016/j.kine.2013.10.004

Pandey, V., & Madi, S. (2021). Clinical Guidelines in the Management of Frozen Shoulder: An Update! Indian Journal of Orthopaedics, 55(2), 299–309. https://doi.org/10.1007/s43465-021-00351-3

Park, Y. C., Koh, P. S., Seo, B. K., Lee, J. W., Cho, N. S., Park, H. S., Park, D. S., & Baek, Y. H. (2014). Long-Term Effectiveness of Bee Venom Acupuncture and Physiotherapy in the Treatment of Adhesive Capsulitis: A One-Year Follow-Up Analysis of a Previous Randomized Controlled Trial. The Journal of Alternative and Complementary Medicine, 20(12), 919–924. https://doi.org/10.1089/acm.2014.0220

Petchprapa, C. N., Beltran, L. S., Jazrawi, L. M., Kwon, Y. W., Babb, J. S., & Recht, M. P. (2010). The Rotator Interval: A Review of Anatomy, Function, and Normal and Abnormal MRI Appearance. American Journal of Roentgenology, 195(3), 567–576. https://doi.org/10.2214/AJR.10.4406

Pietrzak, M. (2016). Adhesive capsulitis: An age related symptom of metabolic syndrome and chronic low-grade inflammation? Medical Hypotheses, 88, 12–17. https://doi.org/10.1016/j.mehy.2016.01.002

Rahu, M., Kolts, I., Põldoja, E., & Kask, K. (2017). Rotator cuff tendon connections with the rotator cable. Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy, 25(7), 2047–2050. https://doi.org/10.1007/s00167-016-4148-4

Ramirez, J. (2019). Adhesive Capsulitis: Diagnosis and Management. American Family Physician, 99(5), 297–300.

Rangan, A., Gibson, J., Brownson, P., Thomas, M., Rees, J., & Kulkarni, R. (2015). Frozen Shoulder. Shoulder & Elbow, 7(4), 299–307. https://doi.org/10.1177/1758573215601779

Rangan, A., Hanchard, N., & McDaid, C. (2016). What is the most effective treatment for frozen shoulder? BMJ, i4162. https://doi.org/10.1136/bmj.i4162

Rawat, P., Eapen, C., & Seema, K. P. (2017). Effect of rotator cuff strengthening as an adjunct to standard care in subjects with adhesive capsulitis: A randomized controlled trial. Journal of Hand Therapy, 30(3), 235-241.e8. https://doi.org/10.1016/j.jht.2016.10.007

Reeves, B. (1975). The Natural History of the Frozen Shoulder Syndrome. Scandinavian Journal of Rheumatology, 4(4), 193–196. https://doi.org/10.3109/03009747509165255

Rill, B. K., Fleckenstein, C. M., Levy, M. S., Nagesh, V., & Hasan, S. S. (2011). Predictors of Outcome After Nonoperative and Operative Treatment of Adhesive Capsulitis. The American Journal of Sports Medicine, 39(3), 567–574. https://doi.org/10.1177/0363546510385403

Robinson, C. M., Seah, K. T. M., Chee, Y. H., Hindle, P., & Murray, I. R. (2012). Frozen shoulder. The Journal of Bone and Joint Surgery. British Volume, 94-B(1), 1–9. https://doi.org/10.1302/0301-620X.94B1.27093

Russell, S., Jariwala, A., Conlon, R., Selfe, J., Richards, J., & Walton, M. (2014). A blinded, randomized, controlled trial assessing conservative management strategies for frozen shoulder. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 23(4), 500–507. https://doi.org/10.1016/j.jse.2013.12.026

Sahu, D., & Shetty, G. (2022). Frozen shoulder after COVID-19 vaccination. JSES International, S2666638322000755. https://doi.org/10.1016/j.jseint.2022.02.013

Santoboni, F., Balducci, S., D’Errico, V., Haxhi, J., Vetrano, M., Piccinini, G., Ferretti, A., Pugliese, G., & Vulpiani, M. C. (2017). Extracorporeal Shockwave Therapy Improves Functional Outcomes of Adhesive Capsulitis of the Shoulder in Patients With Diabetes. Diabetes Care, 40(2), e12–e13. https://doi.org/10.2337/dc16-2063

Sawyer, E. E., McDevitt, A. W., Louw, A., Puentedura, E. J., & Mintken, P. E. (2018). Use of Pain Neuroscience Education, Tactile Discrimination, and Graded Motor Imagery in an Individual With Frozen Shoulder. The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy, 48(3), 174–184. https://doi.org/10.2519/jospt.2018.7716

Schiefer, M., Teixeira, P. F. S., Fontenelle, C., Carminatti, T., Santos, D. A., Righi, L. D., & Conceição, F. L. (2017). Prevalence of hypothyroidism in patients with frozen shoulder. Journal of Shoulder and Elbow Surgery,26(1), 49–55. https://doi.org/10.1016/j.jse.2016.04.026

Shaffer, B., Tibone, J. E., & Kerlan, R. K. (1992). Frozen shoulder. A long-term follow-up. The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume, 74(5), 738–746.

Shih, Y.-F., Liao, P.-W., & Lee, C.-S. (2017). The immediate effect of muscle release intervention on muscle activity and shoulder kinematics in patients with frozen shoulder: A cross-sectional, exploratory study. BMC Musculoskeletal Disorders, 18(1), 499. https://doi.org/10.1186/s12891-017-1867-8

Simons, D. G., Travell, J. G., Simons, L. S., & Travell, J. G. (1999). Travell & Simons’ myofascial pain and dysfunction: The trigger point manual (2nd ed). Williams & Wilkins.

Srour, F. (2008). Utilisation du froid dans la prise en charge de la capsulite rétractile d’épaule en phase aiguë. Kinésithérapie, La Revue, 8(83), 29–33. https://doi.org/10.1016/S1779-0123(08)70681-8

Srour, F., & Nourissat, G. (2021). La capsulite rétractile: Compréhension de la maladie, examen clinique et traitements. Mains Libres, 3.

Sumarwoto, T., Hadinoto, S. A., & Roshada, M. F. (2021). Frozen Shoulder: Current Concept of Management. Open Access Macedonian Journal of Medical Sciences, 9(F), 58–66. https://doi.org/10.3889/oamjms.2021.5716

Sun, Y., Zhang, P., Liu, S., Li, H., Jiang, J., Chen, S., & Chen, J. (2017). Intra-articular Steroid Injection for Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-analysis of Randomized Controlled Trials With Trial Sequential Analysis. The American Journal of Sports Medicine, 45(9), 2171–2179. https://doi.org/10.1177/0363546516669944

Sung, C.-M., Jung, T. S., & Park, H. B. (2014). Are serum lipids involved in primary frozen shoulder? A case-control study. The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume, 96(21), 1828–1833. https://doi.org/10.2106/JBJS.M.00936

Tamai, K., Akutsu, M., & Yano, Y. (2014). Primary frozen shoulder: Brief review of pathology and imaging abnormalities. Journal of Orthopaedic Science: Official Journal of the Japanese Orthopaedic Association, 19(1), 1–5. https://doi.org/10.1007/s00776-013-0495-x

Tasto, J. P., & Elias, D. W. (2007). Adhesive Capsulitis. Sports Medicine and Arthroscopy Review, 15(4), 216–221. https://doi.org/10.1097/JSA.0b013e3181595c22

The shoulder made easy. (2019). Springer Berlin Heidelberg.

Tkachuk, G. A., & Harris, C. A. (2012). Psychometric properties of the Tampa Scale for Kinesiophobia-11 (TSK-11). The Journal of Pain, 13(10), 970–977. https://doi.org/10.1016/j.jpain.2012.07.001

Vahdatpour, B., Taheri, P., Zade, A. Z., & Moradian, S. (2014). Efficacy of extracorporeal shockwave therapy in frozen shoulder. International Journal of Preventive Medicine, 5(7), 875–881.

Vaillant, J. (2013). Capsulite rétractile: Recommandationsde l’american physical therapy association (1ère partie). Kinésithérapie Scientifique.

Vaishya, R., Agarwal, A. K., & Vijay, V. (2016). Adhesive capsulitis: Current practice guidelines. Apollo Medicine, 13(3), 198–202. https://doi.org/10.1016/j.apme.2016.07.001

Vastamäki, H., Varjonen, L., & Vastamäki, M. (2015). Optimal time for manipulation of frozen shoulder may be between 6 and 9 months. Scandinavian Journal of Surgery, 104(4), 260–266. https://doi.org/10.1177/1457496914566637

Walmsley, S., Osmotherly, P. G., & Rivett, D. A. (2014). Clinical identifiers for early-stage primary/idiopathic adhesive capsulitis: Are we seeing the real picture? Physical Therapy, 94(7), 968–976. https://doi.org/10.2522/ptj.20130398

Walmsley, S., Osmotherly, P. G., Walker, C. J., & Rivett, D. A. (2013). Power Doppler Ultrasonography in the Early Diagnosis of Primary/Idiopathic Adhesive Capsulitis: An Exploratory Study. Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, 36(7), 428–435. https://doi.org/10.1016/j.jmpt.2013.05.024

Warner, J. J. P. (1997). Frozen Shoulder: Diagnosis and Management: Journal of the American Academy of Orthopaedic Surgeons, 5(3), 130–140. https://doi.org/10.5435/00124635-199705000-00002

Wheeler, C. H. B., Williams, A. C. de C., & Morley, S. J. (2019). Meta-analysis of the psychometric properties of the Pain Catastrophizing Scale and associations with participant characteristics. Pain, 160(9), 1946–1953. https://doi.org/10.1097/j.pain.0000000000001494

Whelton, C., & Peach, C. A. (2018). Review of diabetic frozen shoulder. European Journal of Orthopaedic Surgery & Traumatology, 28(3), 363–371. https://doi.org/10.1007/s00590-017-2068-8

Willmore, E., McRobert, C., Foy, C., Stratton, I., & van der Windt, D. (2021). What is the optimum rehabilitation for patients who have undergone release procedures for frozen shoulder? A UK survey. Musculoskeletal Science and Practice, 52, 102319. https://doi.org/10.1016/j.msksp.2021.102319

Woertler, K. (2015). Rotator interval. Seminars in Musculoskeletal Radiology, 19(3), 243–253. https://doi.org/10.1055/s-0035-1549318

Wolin, P. M., Ingraffia-Welp, A., Moreyra, C. E., & Hutton, W. C. (2016). High-intensity stretch treatment for severe postoperative adhesive capsulitis of the shoulder. Annals of Physical and Rehabilitation Medicine, 59(4), 242–247. https://doi.org/10.1016/j.rehab.2016.04.010

Wong, C. K., Levine, W. N., Deo, K., Kesting, R. S., Mercer, E. A., Schram, G. A., & Strang, B. L. (2017). Natural history of frozen shoulder: Fact or fiction? A systematic review. Physiotherapy, 103(1), 40–47. https://doi.org/10.1016/j.physio.2016.05.009

Woolf, C. J. (2011). Central sensitization: Implications for the diagnosis and treatment of pain. Pain, 152(3 Suppl), S2–S15. https://doi.org/10.1016/j.pain.2010.09.030

Yip, M., Francis, A.-M., Roberts, T., Rokito, A., Zuckerman, J. D., & Virk, M. S. (2018). Treatment of Adhesive Capsulitis of the Shoulder: A Critical Analysis Review. JBJS Reviews, 6(6), e5. https://doi.org/10.2106/JBJS.RVW.17.00165 Zhang, R., Wang, Z., Liu, R., Zhang, N., Guo, J., & Huang, Y. (2022). Extracorporeal Shockwave Therapy as an Adjunctive Therapy for Frozen Shoulder: A Systematic Review and Meta-analysis. Orthopaedic Journal of Sports Medicine, 10(2), 232596712110622. https://doi.org/10.1177/23259671211062222

Zhang, Y., Xue, R., Tong, Z., Yin, M., Yu, Y., Ye, J., Xu, J., & Mo, W. (2022). The Efficacy of Manipulation with Distension Arthrography to threat adhesive Capsulitis: A Multicenter, Randomized, Single-Blind, Controlled Trial. BioMed Research International, 2022, 1–9. https://doi.org/10.1155/2022/1562358

Zhao, W., Zheng, X., Liu, Y., Yang, W., Amirbekian, V., Diaz, L. E., & Huang, X. (2012). An MRI Study of Symptomatic Adhesive Capsulitis. PLoS ONE, 7(10), e47277. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0047277

Zuckerman, J. D., & Rokito, A. (2011). Frozen shoulder: A consensus definition. Journal of Shoulder and Elbow Surgery, 20(2), 322–325. https://doi.org/10.1016/j.jse.2010.07.008

Passez en Illimité pour accéder à cette ressource !
Fullphysio Illimité c'est aussi :
+2250 ressources pour optimiser votre pratique clinique
De nouvelles ressources ajoutées chaque semaine
Des mises à jour en fonction des nouveautés scientifique pour rester à la pointe dans votre pratique clinique
Des avantages tarifaires sur tous les programmes de formation continue de Fullphysio Academy
En savoir plus
Découvrez aussi...
Genou : Stabilisation unipodaleGenou : Stabilisation unipodale
Exercice
Stabilisation unipodale
NOUVEAU !
Mobilisation de l'articulation sterno-claviculaire en ouvertureMobilisation de l'articulation sterno-claviculaire en ouverture
Thérapie manuelle
Mobilisation de l'articulation sterno-claviculaire en ouverture
NOUVEAU !
Mob de l'articulation Tibio-fibulaire dist vers antMob de l'articulation Tibio-fibulaire dist vers ant
Thérapie manuelle
Mob de l'articulation Tibio-fibulaire dist vers ant
NOUVEAU !
Prone double straight-leg raise testProne double straight-leg raise test
Test clinique
Prone double straight-leg raise test
NOUVEAU !
Toutes les ressourcesToutes les ressources