Test de Lachman

Test clinique
Mis à jour le
3/4/2023
Genou
Rupture du LCA
Passez en Illimité pour accéder à cette ressource !
Fullphysio Illimité c'est aussi :
+2800 ressources pour optimiser votre pratique clinique
De nouvelles ressources ajoutées chaque semaine
Des mises à jour en fonction des nouveautés scientifique pour rester à la pointe dans votre pratique clinique
Des avantages tarifaires sur tous les programmes de formation continue de Fullphysio Academy
En savoir plus
Des suggestions ?
Objectif de ce test

Le test de Lachman est couramment utilisé dans le diagnostic d’une rupture du ligament croisé antérieur.

La principale fonction du LCA est d’empêcher la translation antérieure du tibia par rapport au fémur, il agit également comme un stabilisateur secondaire en freinant la rotation interne du tibia et en agissant contre l’angulation en valgus du genou (Buoncristiani et al. 2006 ; Sakane et al. 1997).

Le LCA se compose d'un unique faisceau prenant naissance du côté postéro-médial du condyle fémoral latéral et s'insèrant juste en avant de l'éminence tibiale intercondylienne. Le test de Lachman évalue directement l'intégrité de cette relation anatomique.

Exécution du test

Pour effectuer le test, le patient est en décubitus dorsal avec son genou blessé fléchi de 20 à 30 degrés et le tibia en légère rotation externe pour détendre la bandelette ilio-tibiale.  
Le thérapeute utilise ensuite une main pour stabiliser le fémur distal tout en utilisant l'autre main pour saisir le tibia proximal. Ensuite, une force antérieure rapide est appliquée perpendiculairement sur le tibia proximal pour tenter de subluxer le tibia vers l'avant tout en maintenant le fémur stabilisé.

Pour améliorer votre technique, il est conseillé d’exercer au préalable une poussée postérieure pour relâcher le croisé avant d’effectuer le tirage dynamique du tibia destiné à tendre le ligament croisé.
De la même manière qu’un élastique, le ligament croisé va passer d’un état relâché à une mise en tension rapide.

Le test est considéré comme positif s'il y a une translation antérieure excessive du tibia proximal par rapport au côté sain et également si il y a une absence d'un arrêt ferme.

Un arrêt ferme est apprécié lorsqu’il y a un arrêt brusque empêchant la translation antérieure du tibia sur le fémur. Un arrêt mou est considéré comme une translation vers l'avant du tibia sans arrêt distinct et ferme (Jackson et al. 2003).

Un test de Lachman modifié consiste à placer le genou de l'examinateur sous la cuisse du patient de la jambe affectée pour créer un appui plus stable lors de l'exécution du test.

Les tests de Lachman faussement positifs peuvent être associés à une lésion isolée du ligament croisé postérieur et doivent être interprétés avec prudence chez les patients présentant une lésion suspecte du ligament croisé postérieur (LCP) diagnostiquée avec un signe positif du tiroir postérieur ou un signe positif d'affaissement postérieur (Kumar et al. 2003).
Un inconvénient du test de Lachman est qu'il est en effet difficile à réaliser correctement (Floyd et al. 2008)

La capacité du patient à détendre la musculature de la partie supérieure de la jambe est d'une importance capitale.  Il est également essentiel de stabiliser le fémur distal, ce qui peut être problématique si le thérapeute a de petites mains par rapport à la taille de la musculature de la jambe du patient (Benjaminse et al. 2006).

C’est une des raisons pour laquelle Lelli et son équipe ont introduit un nouveau test clinique en 2016 :  le signe du Levier, pour inclure ou au contraire exclure une déchirure suspectée du LCA.

Valeur clinique

Dans une méta-analyse de 2006 comprenant 28 études, Benjaminse et son équipe ont comparé la précision du test du tiroir antérieur traditionnel, du test de Lachman et du test du pivot shift.
Le test de Lachman semble être le plus précis avec une sensibilité de 85% et une spécificité de 94% (Benjaminse et al. 2006).

Dans une méta-analyse plus récente de 2016 Huang et al indiquent également qu’il s’agit du test clinique le plus précis pour diagnostiquer une rupture du LCA avec une sensibilité de 87 % et une spécificité de 97 %.

Bibliographie

Benjaminse, Anne, Alli Gokeler, et Cees P. van der Schans. « Clinical Diagnosis of an Anterior Cruciate Ligament Rupture: A Meta-Analysis ». The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 36, no 5 (mai 2006): 267‑88.

Buoncristiani, Anthony M., Fotios P. Tjoumakaris, James S. Starman, Mario Ferretti, et Freddie H. Fu. « Anatomic Double-Bundle Anterior Cruciate Ligament Reconstruction ». Arthroscopy: The Journal of Arthroscopic & Related Surgery: Official Publication of the Arthroscopy Association of North America and the International Arthroscopy Association 22, no 9 (septembre 2006): 1000‑1006.

Floyd, R. T., D. Scott Peery, et James R. Andrews. « Advantages of the Prone Lachman versus the Traditional Lachman ». Orthopedics 31, no 7 (juillet 2008): 671‑75.

Huang, Wenhan, Yu Zhang, Zilong Yao, et Linmin Ma. « Clinical Examination of Anterior Cruciate Ligament Rupture: A Systematic Review and Meta-Analysis ». Acta Orthopaedica Et Traumatologica Turcica 50, no 1 (2016): 22‑31.

Jackson JL, O'Malley PG, Kroenke K. Evaluation of acute knee pain in primary care. Ann Intern Med. 2003 Oct 07;139(7):575-88.

Kumar VP, Satku K. The false positive Lachman test. Singapore Med J. 1993 Dec;34(6):551-2

Lange, Toni, Alice Freiberg, Patrik Dröge, Jörg Lützner, Jochen Schmitt, et Christian Kopkow. « The Reliability of Physical Examination Tests for the Diagnosis of Anterior Cruciate Ligament Rupture--A Systematic Review ». Manual Therapy 20, no 3 (juin 2015): 402‑11.

Leblanc, Marie-Claude, Marcin Kowalczuk, Nicole Andruszkiewicz, Nicole Simunovic, Forough Farrokhyar, Travis Lee Turnbull, Richard E. Debski, et Olufemi R. Ayeni. « Diagnostic Accuracy of Physical Examination for Anterior Knee Instability: A Systematic Review ». Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy: Official Journal of the ESSKA 23, no 10 (octobre 2015): 2805‑13.

Lelli, Alessandro, Rita Paola Di Turi, David B. Spenciner, et Marcello Dòmini. « The “Lever Sign”: A New Clinical Test for the Diagnosis of Anterior Cruciate Ligament Rupture ». Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy: Official Journal of the ESSKA 24, no 9 (septembre 2016): 2794‑97.

Sakane, M., R. J. Fox, S. L. Woo, G. A. Livesay, G. Li, et F. H. Fu. « In Situ Forces in the Anterior Cruciate Ligament and Its Bundles in Response to Anterior Tibial Loads ». Journal of Orthopaedic Research: Official Publication of the Orthopaedic Research Society 15, no 2 (mars 1997): 285‑93.

Silvers, Holly Jacinda, et Bert R Mandelbaum. « Prevention of anterior cruciate ligament injury in the female athlete ». British Journal of Sports Medicine 41, no Suppl 1 (août 2007): i52‑59.

Objectif de ce test

Le test de Lachman est couramment utilisé dans le diagnostic d’une rupture du ligament croisé antérieur.

La principale fonction du LCA est d’empêcher la translation antérieure du tibia par rapport au fémur, il agit également comme un stabilisateur secondaire en freinant la rotation interne du tibia et en agissant contre l’angulation en valgus du genou (Buoncristiani et al. 2006 ; Sakane et al. 1997).

Le LCA se compose d'un unique faisceau prenant naissance du côté postéro-médial du condyle fémoral latéral et s'insèrant juste en avant de l'éminence tibiale intercondylienne. Le test de Lachman évalue directement l'intégrité de cette relation anatomique.

Exécution du test

Pour effectuer le test, le patient est en décubitus dorsal avec son genou blessé fléchi de 20 à 30 degrés et le tibia en légère rotation externe pour détendre la bandelette ilio-tibiale.  
Le thérapeute utilise ensuite une main pour stabiliser le fémur distal tout en utilisant l'autre main pour saisir le tibia proximal. Ensuite, une force antérieure rapide est appliquée perpendiculairement sur le tibia proximal pour tenter de subluxer le tibia vers l'avant tout en maintenant le fémur stabilisé.

Pour améliorer votre technique, il est conseillé d’exercer au préalable une poussée postérieure pour relâcher le croisé avant d’effectuer le tirage dynamique du tibia destiné à tendre le ligament croisé.
De la même manière qu’un élastique, le ligament croisé va passer d’un état relâché à une mise en tension rapide.

Le test est considéré comme positif s'il y a une translation antérieure excessive du tibia proximal par rapport au côté sain et également si il y a une absence d'un arrêt ferme.

Un arrêt ferme est apprécié lorsqu’il y a un arrêt brusque empêchant la translation antérieure du tibia sur le fémur. Un arrêt mou est considéré comme une translation vers l'avant du tibia sans arrêt distinct et ferme (Jackson et al. 2003).

Un test de Lachman modifié consiste à placer le genou de l'examinateur sous la cuisse du patient de la jambe affectée pour créer un appui plus stable lors de l'exécution du test.

Les tests de Lachman faussement positifs peuvent être associés à une lésion isolée du ligament croisé postérieur et doivent être interprétés avec prudence chez les patients présentant une lésion suspecte du ligament croisé postérieur (LCP) diagnostiquée avec un signe positif du tiroir postérieur ou un signe positif d'affaissement postérieur (Kumar et al. 2003).
Un inconvénient du test de Lachman est qu'il est en effet difficile à réaliser correctement (Floyd et al. 2008)

La capacité du patient à détendre la musculature de la partie supérieure de la jambe est d'une importance capitale.  Il est également essentiel de stabiliser le fémur distal, ce qui peut être problématique si le thérapeute a de petites mains par rapport à la taille de la musculature de la jambe du patient (Benjaminse et al. 2006).

C’est une des raisons pour laquelle Lelli et son équipe ont introduit un nouveau test clinique en 2016 :  le signe du Levier, pour inclure ou au contraire exclure une déchirure suspectée du LCA.

Valeur clinique

Dans une méta-analyse de 2006 comprenant 28 études, Benjaminse et son équipe ont comparé la précision du test du tiroir antérieur traditionnel, du test de Lachman et du test du pivot shift.
Le test de Lachman semble être le plus précis avec une sensibilité de 85% et une spécificité de 94% (Benjaminse et al. 2006).

Dans une méta-analyse plus récente de 2016 Huang et al indiquent également qu’il s’agit du test clinique le plus précis pour diagnostiquer une rupture du LCA avec une sensibilité de 87 % et une spécificité de 97 %.

Bibliographie

Benjaminse, Anne, Alli Gokeler, et Cees P. van der Schans. « Clinical Diagnosis of an Anterior Cruciate Ligament Rupture: A Meta-Analysis ». The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 36, no 5 (mai 2006): 267‑88.

Buoncristiani, Anthony M., Fotios P. Tjoumakaris, James S. Starman, Mario Ferretti, et Freddie H. Fu. « Anatomic Double-Bundle Anterior Cruciate Ligament Reconstruction ». Arthroscopy: The Journal of Arthroscopic & Related Surgery: Official Publication of the Arthroscopy Association of North America and the International Arthroscopy Association 22, no 9 (septembre 2006): 1000‑1006.

Floyd, R. T., D. Scott Peery, et James R. Andrews. « Advantages of the Prone Lachman versus the Traditional Lachman ». Orthopedics 31, no 7 (juillet 2008): 671‑75.

Huang, Wenhan, Yu Zhang, Zilong Yao, et Linmin Ma. « Clinical Examination of Anterior Cruciate Ligament Rupture: A Systematic Review and Meta-Analysis ». Acta Orthopaedica Et Traumatologica Turcica 50, no 1 (2016): 22‑31.

Jackson JL, O'Malley PG, Kroenke K. Evaluation of acute knee pain in primary care. Ann Intern Med. 2003 Oct 07;139(7):575-88.

Kumar VP, Satku K. The false positive Lachman test. Singapore Med J. 1993 Dec;34(6):551-2

Lange, Toni, Alice Freiberg, Patrik Dröge, Jörg Lützner, Jochen Schmitt, et Christian Kopkow. « The Reliability of Physical Examination Tests for the Diagnosis of Anterior Cruciate Ligament Rupture--A Systematic Review ». Manual Therapy 20, no 3 (juin 2015): 402‑11.

Leblanc, Marie-Claude, Marcin Kowalczuk, Nicole Andruszkiewicz, Nicole Simunovic, Forough Farrokhyar, Travis Lee Turnbull, Richard E. Debski, et Olufemi R. Ayeni. « Diagnostic Accuracy of Physical Examination for Anterior Knee Instability: A Systematic Review ». Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy: Official Journal of the ESSKA 23, no 10 (octobre 2015): 2805‑13.

Lelli, Alessandro, Rita Paola Di Turi, David B. Spenciner, et Marcello Dòmini. « The “Lever Sign”: A New Clinical Test for the Diagnosis of Anterior Cruciate Ligament Rupture ». Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy: Official Journal of the ESSKA 24, no 9 (septembre 2016): 2794‑97.

Sakane, M., R. J. Fox, S. L. Woo, G. A. Livesay, G. Li, et F. H. Fu. « In Situ Forces in the Anterior Cruciate Ligament and Its Bundles in Response to Anterior Tibial Loads ». Journal of Orthopaedic Research: Official Publication of the Orthopaedic Research Society 15, no 2 (mars 1997): 285‑93.

Silvers, Holly Jacinda, et Bert R Mandelbaum. « Prevention of anterior cruciate ligament injury in the female athlete ». British Journal of Sports Medicine 41, no Suppl 1 (août 2007): i52‑59.

Tests cliniques associés
Illimité
Genou
NOUVEAU !
Illimité
Genou
NOUVEAU !
Illimité
Genou
NOUVEAU !
Découvrez aussi...
Epaule : Mobilisation RE passive d'épauleEpaule : Mobilisation RE passive d'épaule
Exercice
Mobilisation RE passive d'épaule
NOUVEAU !
Genou : Renforcement excentrique IJ avec charge + flexion de hanche 90°Genou : Renforcement excentrique IJ avec charge + flexion de hanche 90°
Exercice
Renforcement excentrique IJ avec charge + flexion de hanche 90°
NOUVEAU !
Interpréter la SpO2 d'un patient - Les différentes causes d'hypoxémieInterpréter la SpO2 d'un patient - Les différentes causes d'hypoxémie
Masterclass
Interpréter la SpO2 d'un patient - Les différentes causes d'hypoxémie
NOUVEAU !
Figure 8 Hop TestFigure 8 Hop Test
Test clinique
Figure 8 Hop Test
NOUVEAU !
Toutes les ressourcesToutes les ressources